Mali : Bamako refuse que la Cédéao sécurise ses institutions - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Sessions d'information

 

  1. 18:30 TU Sessions d'information
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU La bande passante
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:40 TU La bande passante
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU Couleurs tropicales
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU Couleurs tropicales
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Accents d'Europe
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Danse des mots
  14. 22:00 TU Sessions d'information
  15. 22:30 TU Sessions d'information
  16. 23:00 TU Journal
  17. 23:10 TU Autour de la question
  18. 23:30 TU Journal
  19. 23:33 TU Autour de la question
  20. 18:30 TU Sessions d'information
  21. 19:00 TU Journal
  22. 19:10 TU La bande passante
  23. 19:30 TU Journal
  24. 19:40 TU La bande passante
  25. 20:00 TU Journal
  1. 18:30 TU Sessions d'information
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU Décryptage
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:40 TU Débat du jour
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU Couleurs tropicales
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU Couleurs tropicales
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Radio foot internationale
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Radio foot internationale
  14. 22:00 TU Sessions d'information
  15. 22:30 TU Sessions d'information
  16. 23:00 TU Journal
  17. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  18. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Ansar Dine Cédéao Dioncounda Traoré Mali

Mali : Bamako refuse que la Cédéao sécurise ses institutions

media

Quels contours donner à une éventuelle force d'intervention ouest africaine au Mali ? C'est la question sur laquelle ont planché les chefs d'état-major de la Cédéao. Ils étaient réunis ce mardi 14 août 2012, à Bamako, avec les autorités maliennes de transition pour une seconde journée. Mais plusieurs divergences de point de vue persistent et devront être dépassées pour qu'une force militaire soit mise en place.

La première phase du plan de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) au Mali prévoit le débarquement des troupes étrangères à Bamako pour sécuriser les institutions de la transition. Bamako rejette catégoriquement cette proposition.

« La sécurisation des institutions de la république à Bamako sera entièrement assurée par les forces de sécurité du Mali », martèle le colonel-major Ibrahima Dembelé, chef d’état-major de l’armée malienne

La deuxième phase du plan parle de la formation de troupes maliennes. Enfin la troisième phase est la reconquête du nord du Mali. Et sur ce point l’armée malienne entend être au centre du dispositif.

« Cette reconquête, c’est toujours les troupes maliennes d’abord, confirme Ibrahima Dembelé. Personne ne fera cette guerre à la place du Mali. Les autres viendront en appui, en aviation, en logistique. »

Le Mali n’a donc pas validé le plan d’intervention. Résultat, la copie est à revoir. Abdou Cheick Touré, représentant de la Cédéao à Bamako, le reconnaît : « La partie malienne a présenté de nouvelles propositions. Je crois que le chef d’état-major a estimé que ces nouvelles propositions devaient être soumises au sommet des chefs d’Etat pour une nouvelle considération. »

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.