La Côte d'Ivoire crée une agence de désarmement et de démobilisation

Le ministre délégué à la Défense ivoirien Paul Koffi Koffi au côté de l'ancien ministre de la Défense français Gérard Longuet, le 26 juin 2011 à Abidjan.
© AFP/ SIA KAMBOU

Paul Koffi Koffi, le ministre délégué à la défense ivoirien, a fait, ce mardi 21 août 2012, un point sur la situation sécuritaire dans le pays. Invité de la télévision nationale, il a notamment averti qu'un ratissage aurait bientôt lieu dans la forêt du Mont Peko, dans l'ouest ivoirien, pour y déloger des miliciens. Tous les militaires sont aussi réquisitionnés, et ceux qui ne seront pas à l'appel matinal seront considérés comme déserteurs. L'un des grands défis en Côte d'Ivoire est aussi la démobilisation des ex-combattants : c'est l'une des failles pointées du doigt par les observateurs suite aux dernières attaques. Paul Koffi Koffi a annoncé qu'une agence pour le désarmement et la réinsertion des combattants venait d'être créée par décret présidentiel.

Elle s'appelle l'Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration et elle va remplacer les différentes agences qui étaient jusqu'à présent en charge de ces dossiers. Ces agences étaient une dizaine : une perte d'énergie mais surtout d'argent aux yeux d'Alassane Ouattara, qui a décidé de reprendre en main cette question cruciale aujourd'hui en Côte d'Ivoire.

Les chiffres des ex-combattants varient trop selon le président de la république. Une nouvelle campagne d'identification va donc démarrer dans les prochains jours. L'un des objectifs est de convaincre les miliciens favorables à l'ancien président Laurent Gbagbo de s'y présenter. Paul Koffi Koffi assure qu'il n'y aura pas de chasse aux sorcières.

« Aujourd’hui, l’Etat leur donne l’opportunité, non seulement de se repentir, mais surtout de venir à la bonne porte, d’intégrer une structure qui pense à leur avenir, explique-t-il. Ils déposent d’abord les armes, ils se font identifier, donc c’est dans l’intérêt des gendarmes et des policiers, ce que nous faisons. »

Le ministre délégué à la défense assure qu'il y a de nombreux emplois qui seront dédiés à ces jeunes, qui pourront aussi intégrer des centres de formation. Tous ceux qui ont un jour pris les armes en Côte d'Ivoire sont appelés à se faire identifier, même s'ils ont déjà été démobilisés. L'opération commencera à Bouake, puis passera à Ferké et Man, avant Abidjan vers la fin du mois de septembre.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.