Dans le nord du Mali, les islamistes interdisent la musique profane sur les radios privées - Afrique - RFI

 

  1. 20:10 TU La bande passante
  2. 20:30 TU Journal
  3. 20:33 TU La bande passante
  4. 21:00 TU Journal
  5. 21:10 TU Couleurs tropicales
  6. 21:30 TU Journal
  7. 21:33 TU Couleurs tropicales
  8. 22:00 TU Sessions d'information
  9. 22:30 TU Sessions d'information
  10. 23:00 TU Journal
  11. 23:10 TU Accents d'Europe
  12. 23:30 TU Journal
  13. 23:33 TU Danse des mots
  14. 20:10 TU La bande passante
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU La bande passante
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Couleurs tropicales
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Couleurs tropicales
  21. 22:00 TU Sessions d'information
  22. 22:30 TU Sessions d'information
  23. 23:00 TU Journal
  24. 23:10 TU Ici l'Europe
  25. 23:30 TU Journal
  1. 20:10 TU La bande passante
  2. 20:30 TU Journal
  3. 20:33 TU La bande passante
  4. 21:00 TU Journal
  5. 21:10 TU Radio foot internationale
  6. 21:30 TU Journal
  7. 21:33 TU Radio foot internationale
  8. 22:00 TU Sessions d'information
  9. 22:30 TU Sessions d'information
  10. 23:00 TU Journal
  11. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  12. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Ansar Dine Droits de l’homme Islam Mali médias Musiques Religion Terrorisme

Dans le nord du Mali, les islamistes interdisent la musique profane sur les radios privées

media

Depuis mercredi 22 août, la musique profane est censurée dans le nord du Mali. Les islamistes ont officiellement interdit la diffusion de toute musique occidentale sur les radios privées installées dans les trois régions de Gao, Kidal et Tombouctou, renforçant un peu plus encore le verrou de la censure.

Les versets du Coran ont remplacé les musiques à la mode et les chants traditionnels sur les quelques radios qui continuent à émettre dans le Nord. « C’est la musique de Satan, ont expliqué les responsables du Mujao qui ont pris cette décision. C'est la charia qui demande ça, il faut faire ce que Dieu demande ».

Des hommes en armes sont même descendus dans les locaux de radio Anya, à Gao, pour leur interdire toute diffusion de programmes musicaux en provenance de France : les journaux internationaux, oui, la musique non ! A radio Aadar, en début de mois, un animateur a été durement tabassé, et a été laissé pour mort par les moudjahidines. Depuis, en signe de soutien, les responsables se sont mis en grève, la radio a préféré se taire plutôt que de se soumettre.

Toujours à Gao, la radio des jeunes, financée par l'Unicef, a été récupérée par le Mujao et rebaptisée « radio Mohamed Askia islamia ».

A Tombouctou et Kidal, les radios internationales ne sont plus reprises depuis des semaines, les stations locales de l'ORTM sont fermées ou islamisées. Beaucoup d'animateurs et de journalistes ont quitté les villes, certains sont restés tentant avec courage de résister à cette censure de plus en plus oppressante.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.