Le Mujao menace de nouveau l’Algérie


©

Enlèvements de diplomates, attentat à Tamanrasset, le Mujao (le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest présent au nord du Mali) est depuis longtemps la bête noire de l'Algérie. Le groupe islamiste menace une fois de plus les autorités, suite à l'arrestation d'un des leaders d'Aqmi.

Le Mujao, pourtant présenté comme dissident d'Aqmi, a visiblement décidé d'entretenir et de renforcer ses liens avec la nébuleuse terroriste. La proposition faite par le Mujao est très claire. L'objectif est en effet de faire libérer l'un des cadres les plus influents d'al-Qaïda au Maghreb islamique, l'Algérien Abou Ishak. Officiellement recherché depuis 1995, il est le chef de la commission juridique de l'organisation.

Immédiatement après l'annonce officielle de son arrestation à Alger, alors qu'il ne fait pas partie de son mouvement terroriste, le chef du Mujao, Abu Walid, a proposé un échange avec un des otages enlevés au consulat algérien de Gao.

Refusant depuis toujours toute négociation pour obtenir la libération d'otages, les autorités algériennes ont rejeté cette offre, provoquant la fureur du leader du Mujao : «L'Algérie supportera toute les conséquences de ce refus. Nous donnons un ultimatum aux autorités algériennes. Elles ont jusqu'à mardi pour sauver la vie de l'otage». Contactez par RFI, Alger a refusé de commenter ces informations.