Republier
Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire: le recensement des anciens combattants se poursuit


©

Ce nouveau recensement a commencé jeudi à Bouake, dans le centre du pays. Il est mené alors qu'une vague d'attaques meurtrières contre l'armée a rappelé ces dernière semaines l'urgence d'une relance du désarmement et de la réinsertion de tous ceux qui ont pris les armes au cours des crises des dix dernières années.

Un mois, c’est le temps que se sont donné les autorités ivoiriennes pour boucler le recensement des anciens combattants.

Il doit se dérouler dans plusieurs chefs-lieux de départements du pays. Les anciens combattants, ainsi que tous les jeunes qui ont pris les armes, lors de la dernière crise post-électorale, sont invités à se rendre dans des casernes militaires, munis de leurs documents d’état-civil. Ceux qui ont déjà été recensés auparavant doivent également en apporter la preuve.

Mardi, le président Alassane Ouattara a signé un décret instaurant une autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration. Cet organisme remplacera la dizaine de structures chargées auparavant de ces programmes, mais aux résultats décevants.

Cette campagne de recensement est cruciale pour la Côte d’Ivoire, en proie depuis des semaines à de nouvelles violences. Selon Alla Kouakou, porte-parole du ministère de la Défense, il est impossible de reclasser tous ces anciens combattants dans l’armée, mais des chiffres précis devraient permettre de trouver des solutions pour leur futur.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.