Des islamistes détruisent des caveaux et une partie d'une mosquée à Tripoli


©

Après la destruction du mausolée du Saint Al-Asmar à Zliten, c'est désormais dans la capitale qu'un tombeau est pris pour cible. Des caveaux et une partie d'une mosquée de la ville ont été détruits par un groupe d'islamistes extrémistes ce samedi 25 août 2012.

Ce n'est pas la première fois que des monuments religieux de la capitale sont pris pour cible par des extrémistes. Déjà l'année dernière, deux mosquées et un cimetière abritant des saints avaient été profanés. Mais l'attaque de ce samedi fait écho à celle de Zliten où le tombeau du plus grand savant soufi de Libye avait été démoli.

Situé près du centre de Tripoli, le long de la mer, le tombeau de Sidi Al-Cha’ab, savant du XVe siècle, jouxte une mosquée elle aussi détruite à coup de bulldozer. Des tombes ont été vidées pour enterrer les dépouilles ailleurs. Les responsabilités ne sont pas claires. Des témoins assurent que les auteurs sont intervenus sous le regard passif voire sous la protection du Haut comité de sécurité.

Les autorités du pays, qui font face à une recrudescence des violences ces derniers jours, paraissent dépassées. Et il semble que ces groupes profitent du vide sécuritaire pour agir. Il est vrai cependant que pour beaucoup de Libyens, la vénération des Saints n'est plus d'actualité. Les Tripolitains venus constater les dégâts ce samedi déploraient moins la destruction que la violence voire les morts qui accompagnent ces destructions.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.