Mali: le pouvoir tente la stratégie de la négociation avec les islamistes et groupes armés dans le nord

Le pouvoir malien veut croire en la solution d'une négociation avec les islamistes et groupes armés qui occupent le nord du pays.
© Reuters/Adama Diarra/Files

Le pouvoir malien veut croire en la solution d'une négociation avec les islamistes et groupes armés qui occupent le nord du pays. La «coalition pour le Mali», large regroupement associatif et politique, a envoyé récemment trois missions exploratoires dans les trois villes du nord du pays que sont Tombouctou, Kidal et Gao. Vendredi, à Bamako, la coalition s'est réunie pour tirer un premier bilan.

Comment aider la population, apporter un soutien moral, humanitaire ? Comment remettre en place les structures de base ? Comment permettre aux ONG de travailler ? Ce sont les premiers objectifs de cette coalition pour le Mali.

Les rencontres de Kidal et de Tombouctou se sont organisées avec l'aval d'Iyad Ag Ghali.
Le leader d'Ansar Dine, qui dirige donc les deux cités, n'a pas participé directement aux discussions. Ce sont ses émissaires, Sanda Ould Boumana à Tombouctou et Alghabass Ag Intalla à Kidal, qui ont mené les débats. « En l'absence des chefs, les hommes d'Aqmi étaient aussi absents. Les discussions ont été très superficielles », explique un des émissaires.

À Gao, la troisième délégation a rencontré le chef du Mujao. « Les gens étaient contents de nous voir », affirme l'un des participants qui ajoute : « Même s'il est difficile d'aller au fond des choses, cette première visite était capitale ». Tous reconnaissent en tout cas que la religion était au coeur des discussions : « Les occupants du nord, Ansar Dine comme le Mujao, estiment que la charia est déjà la base des affaires locales ».

Il faudra donc du temps pour négocier chaque point. Et si aucun calendrier n'est définit, de nouvelles rencontres sont déjà prévues. Notamment avec le grand absent Iyad Ag Ghali qui a fait passer un message clair : « C'est lui qui discutera des questions politiques et stratégiques », explique un des leaders de la coalition qui conclut : « Il sera le seul à négocier un éventuel retour de l'Etat, de l'administration dans le nord ».

Si nombre d'habitants approuvent ces rencontres, restent de nombreux sceptiques. Un ancien homme politique de Gao affirme : « Vous croyez une seconde que les groupes armés vont partir, que la paix va revenir ? Ils viennent faire quoi, se donner un peu de crédibilté après des mois d'absence. Moi, ces négociations, je n'y crois pas ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.