Republier
Angola

Angola : José Eduardo dos Santos demande cinq ans de plus à son peuple

Le président de l'Angola, José Eduardo dos Santos, est au pouvoir depuis 1979. Il est candidat pour un autre quinquennat.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

Ce mercredi 29 août 2012 sonnait la fin de la campagne présidentielle en Angola. Ce jeudi est une journée de réflexion avant le vote de vendredi. Les dernières heures de compétition électorale se sont résumées à un combat entre deux chefs de partis aux moyens et aux styles bien différents. Un meeting géant, rouge, noir et or, le matin pour le Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA) de José Eduardo dos Santos, face à une déclaration solennelle d’Isaias Samakuva, de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola, l’Unita, tard le soir.

C’est devant des dizaines de milliers de militants que José Eduardo dos Santos a fait son dernier meeting de campagne. Au pied du stade du 11-Novembre, construit en 2009 pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Dans un discours d’une dizaine de minutes, il a demandé aux Angolais de lui faire confiance pendant encore cinq ans, lui qui est au pouvoir depuis bientôt 33 ans : « Le MPLA est un parti qui identifie les problèmes, trouve des solutions et les explique au peuple », a-t-il déclaré.

Quelques heures plus tard, l’Unita a apporté sa réponse. De retour de deux meetings en province, son président Isaias Samakuva a été acclamé par des centaines de militants dans le quartier populaire de Viana. Soulignant la persistance d’irrégularités dans l’organisation du scrutin, il a interpellé le président Dos Santos : « Il n’y a pas de conditions pour faire des élections vendredi. Et pour cela, je vais appeler dès demain une rencontre avec le président et candidat José Eduardo dos Santos. »

Une invitation qui pourrait bien rester sans réponse.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.