Elections en Angola : le MPLA du président dos Santos largement en tête, selon des résultats partiels

Le parti du président dos Santos devance largement son opposant historique l'Unita.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

Le MPLA du président José Eduardo dos Santos est sans surprise arrivé largement en tête des législatives de vendredi 31 août. Selon les derniers résultats partiels diffusés ce dimanche soir 2 septembre par la Commission nationale électorale qui portent sur 85% des bureaux de vote, le parti présidentiel, le MPLA, a remporté un peu moins de 73% des suffrages, le parti d'opposition Unita 18,2% des voix alors que le tout récent parti Casa obtient 5,6%. Le taux de participation considéré comme l'un des enjeux de ces troisièmes législatives depuis l'Indépendance, n'est pas encore établi.

Les premiers résultats donnent au Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), le parti du président sortant, plus de 73% des voix.

C'est certes nettement moins que les 82% de 2008 mais cela lui donne tout de même une majorité qualifiée plus que confortable. Le parti de José Eduardo dos Santos attend des résultats provisoires détaillés avant de réagir.

L’Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita), qui remporte 18,2% des suffrages - le double de son score de 2008 -, se maintient en tant que deuxième force du pays et la toute jeune Casa (Large convergence pour le salut de l'Angola, dissidence de l'Unita) arrive troisième avec un peu plus de 5,6% des voix.

Contestation du processus électoral

Les directions politiques de l’opposition sont réunies en ce moment même. On s’attend à des réactions officielles dans les heures qui viennent. L'Unita, la Casa et le Parti de rénovation sociale (PRS) contestent le processus électoral, dénonçant notamment le fait que la commission électorale n’ait accrédité que très peu de délégués dans les différents bureaux de vote.

Les Angolais renouvelaient, vendredi 31 août, les 220 membres de leur Parlement. Selon la Constitution modifiée en 2010, le chef du parti vainqueur des législatives devient président de la République, et le président dos Santos âgé de 70 ans - et au pouvoir depuis presque 33 ans - devrait en conséquence pouvoir se succéder à lui-même. Le scrutin - le deuxième depuis la fin de la guerre civile en 2002 - s'est déroulé dans le calme. Mais l'opposition angolaise n'a cessé de dénoncer le manque de transparence du processus électoral.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.