Madagascar : la filière crocodile toujours en suspens - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Journal

 

  1. 15:00 TU Journal
  2. 15:10 TU Radio foot internationale
  3. 15:30 TU Journal
  4. 15:33 TU Radio foot internationale
  5. 16:00 TU Journal
  6. 16:10 TU Sessions d'information
  7. 16:30 TU Journal
  8. 16:33 TU Sessions d'information
  9. 16:40 TU Accents d'Europe
  10. 17:00 TU Journal
  11. 17:10 TU Décryptage
  12. 17:30 TU Journal
  13. 17:33 TU Sessions d'information
  14. 17:40 TU Débat du jour
  15. 18:00 TU Journal
  16. 18:10 TU Grand reportage
  17. 18:30 TU Sessions d'information
  18. 19:00 TU Journal
  19. 19:10 TU La bande passante
  20. 19:30 TU Journal
  21. 19:40 TU La bande passante
  22. 20:00 TU Journal
  23. 20:10 TU Couleurs tropicales
  24. 20:30 TU Journal
  25. 20:33 TU Couleurs tropicales
  1. 15:00 TU Journal
  2. 15:10 TU Radio foot internationale
  3. 15:30 TU Journal
  4. 15:33 TU Radio foot internationale
  5. 16:00 TU Journal
  6. 16:10 TU Sessions d'information
  7. 16:30 TU Journal
  8. 16:33 TU Sessions d'information
  9. 16:40 TU Accents d'Europe
  10. 17:00 TU Journal
  11. 17:10 TU La bande passante
  12. 17:30 TU Journal
  13. 17:33 TU Sessions d'information
  14. 17:40 TU La bande passante
  15. 18:00 TU Journal
  16. 18:10 TU Grand reportage
  17. 18:30 TU Sessions d'information
  18. 19:00 TU Journal
  19. 19:10 TU Décryptage
  20. 19:30 TU Journal
  21. 19:40 TU Débat du jour
  22. 20:00 TU Journal
  23. 20:10 TU Couleurs tropicales
  24. 20:30 TU Journal
  25. 20:33 TU Couleurs tropicales
fermer

Afrique

Environnement Madagascar

Madagascar : la filière crocodile toujours en suspens

media

Madagascar toujours interdite d’exporter les peaux et viande de crocodiles. La Cites (Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction) a reconduit récemment l’embargo international. Elle considère que les crocodiles du Nil à Madagascar sont en danger. La filière, qui faisait vivre près de 400 familles, est en difficulté. Reportage dans une ferme d’élevage, qui était l’une des trois plus grandes fermes d’élevages de crocodiles en Afrique.

« Ici ce sont nos bassins d’élevage. Là, les crocodiles âgés de 6 mois, il y en a 2000 ». De 6 000 crocodiles, l’élevage de cette ferme est passé à 2 000. L’activité est ralentie depuis l’interdiction d’exportation. Une interdiction justifiée, concède Zoly Randrianantoandro, directeur technique de la ferme Crocfarm :

« L’espèce est menacée à Madagascar, on en trouve de moins en moins. En fait, la plupart des artisans sont le secteur informel. Donc, il n’y pas de suivi, il n’y a pas de règles, on va dire ».

Auparavant, la ferme collectait des œufs en brousse, et en relâchait environ 10 %. Aujourd’hui, ces collectes sont arrêtées, faute de moyens et de débouchés, si bien que paradoxalement, l’interdiction accentue la pression sur l’espèce, selon Zoly Randrianantoandro :

« Dans les sites, y en a presque plus. Avant, on faisait des relâchages. Maintenant, ceux qui meurent ne sont pas remplacés. Sans les collectes, les gens détruisent les œufs et tuent les crocodiles juste pour se défendre ».

Le mois dernier, l’interdiction a été reconduite, Madagascar ne répondait toujours pas aux exigences. Il faut dire que le suivi du dossier est difficile à assurer car depuis trois ans, quatre ministres se sont succédé à la tête du ministère de l’Environnement et aujourd’hui, c’est le Premier ministre qui assure la fonction.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.