Maroc : interdiction d'un rassemblement de la jeunesse du parti islamiste au pouvoir

Le Premier ministre et secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane lors de sa première réunion du gouvernement à Rabat , le 5 janvier 2012.
© REUTERS/Stringer

Un rassemblement de la jeunesse du parti islamiste au pouvoir a été interdit le 1er septembre. La polémique gronde. Le ministère de l'Intérieur invoque des raisons de sécurité, le Parti justice et développement (PJD) au pouvoir parle d’humiliation.

Plus de 2 000 jeunes islamistes devaient se rassembler samedi sur l’une des grandes places de Tanger. Un rassemblement pour clôturer une semaine de congrès. Mais le tout a été annulé à la dernière minute vendredi soir. Officiellement pour des raisons de sécurité, avance le ministère de l’Intérieur. Mais du côté du PJD, le parti islamiste au pouvoir et organisateur de ce meeting, personne ne veut croire à cette version.

Pendant une semaine, la jeunesse de son parti rassemblée en congrès ne s’est pas privée de faire des critiques, notamment sur les relations entre le gouvernement islamiste et le roi. Le monarque a souvent été jugé trop présent dans les affaires publiques par rapport au gouvernement.

Résultat : il est bien possible que les autorités aient préféré interdire un rassemblement qui aurait pu très vite se transformer en manifestation, d’autant plus que Tanger au nord du Maroc est un fief des islamistes.

Ces derniers mois, les manifestations de façon générale ont été, soit dispersées soit surveillées de très près par la police. Un regain de contrôle dont la jeunesse islamiste pourrait bien avoir fait les frais ce week-end.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.