Centrafrique : retour imminent du chef rebelle tchadien Baba Laddé au Tchad

Des membres de la Force multinationale de l'Afrique centrale (FOMAC).
© DR

Abdel Kader Baba Laddé, chef de la rébellion tchadienne du Front populaire pour le redressement (FPR) devrait retourner à Ndjamena, au Tchad, dès demain, mercredi 5 septembre. Après avoir déposé les armes, il a été transféré hier à Bangui, en Centrafrique, sous la protection des Forces multinationales en Afrique centrale (FOMAC). Selon les autorités de Bangui et de Ndjamena, le retour définitif de Baba Laddé au Tchad est acté.

Le rebelle tchadien et général autoproclamé, Baba Laddé, se trouve actuellement dans la capitale centrafricaine, sous la protection de la FOMAC, en attendant de retourner dans son pays, le Tchad. Joint, par RFI, il affirme se trouver en sécurité et qu’il n’est « ni emprisonné, ni en garde à vue ». Il confirme également s’être rendu « pour la paix » et demande la présence de la communauté internationale auprès de la délégation qui le ramènera à Ndjamena.

Les autorités de Bangui l’avaient déjà arrêté et extradé en 2009. Par ailleurs, entre 2008 et 2012, il y a eu plusieurs tentatives de négociations pour que lui et ses hommes puissent retourner au Tchad, mais elles ont toutes échoué. Cette fois-ci, Baba Laddé pense que son initiative aboutira.

Nous attendons sereinement qu’ils nous confirment la bonne volonté des autorités tchadiennes.
Abdel Kader Baba Laddé
11-10-2013 - Par Nicolas Champeaux

« Son retour est déjà acté »

Le médiateur centrafricain Mgr Paulin Pomodimo affirme que les conditions sont réunies pour que Baba Laddé puisse se rendre dès demain, mercredi 5 septembre, à Ndjamena. Joint par RFI, il précise que Baba Laddé sera accompagné des ministres centrafricains de la Défense et de la Sécurité, de deux membres du Bureau des Nations unies en Afrique centrale, et du médiateur centrafricain lui-même. Ils seront d’abord reçus par deux ministres tchadiens et ensuite par la primature.

Nous avons déjà pris un certain nombre de garanties pour ce qui est de sa sécurité.
Paulin Pomodimo
11-10-2013 - Par Nicolas Champeaux

Du côté des autorités tchadiennes, les garanties sont données. Ndjamena s’engage à respecter l’intégrité physique du rebelle tchadien et à ne pas l’emprisonner. « On ne peut pas emprisonner quelqu’un qui rentre de lui-même », a déclaré le médiateur national de la République tchadienne, Abderrahmane Moussa, qui assure que Baba Laddé ne sera pas inquiété à son retour.

En revanche, il minimise l’implication de la communauté internationale alors que pour le chef rebelle du FPR « le Bureau intégré de l’Organisation des Nations unies en Centrafrique (Binuca) doit être responsable de tout ce qui se passera pendant les pourparlers ».

Joint par RFI, Abderrahmane Moussa considère que c’est entre Tchadiens que le problème peut se régler.

Il n’y pas de garanties autres que celles du chef de l’Etat, Idriss Déby.
Abderrahmane Moussa
11-10-2013 - Par Nicolas Champeaux

Des sources sécuritaires ainsi que des observateurs estiment que le chef rebelle Baba Laddé n’est plus une menace pour la sécurité du Tchad car ses forces sont en déroute depuis l’assaut livré contre leurs positions, en janvier dernier, par les Forces armées tchadiennes et centrafricaines. 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.