Nord du Mali : les islamistes du Mujao amputent cinq braqueurs présumés


©

Les jihadistes du Mujao qui contrôlent la ville de Gao, au nord du Mali, ont une nouvelle fois appliqué la charia lundi 10 septembre. Selon des sources concordantes, cinq personnes accusées de vol et de braquage ont été amputées d'une main et d'un pied hier.

Les habitants de Gao ont appris l'information lundi après-midi. Un homme a eu une main et un pied tranchés au couteau par des hommes du Mujao (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest), place de l'Indépendance, sous les yeux de badauds souvent contraints de suivre cette séance de justice islamique. Mais ils ignoraient que, quelques instants plus tôt, à la sortie de la ville dans le camp de repli de moudjahidines, quatre autres personnes avaient elles aussi eu une main et un pied sauvagement amputés. La sentence avait été prise le matin par le cadi, le juge islamique.

Ces cinq hommes avaient le tort d'avoir commis des vols avec braquage dans la région : ils écopaient d'une double amputation. Et si les habitants de Gao doutaient de la détermination des maîtres de la ville, la police islamique décidait dans l'après-midi d'exhiber les membres amputés au niveau du commissariat.

Les voleurs, victimes de la charia, ont été pour leur part pris en charge par l'hôpital général de Gao. Selon nos informations, trois étaient Peuls, un était Arabe et un autre Tamachek.

Selon un habitant de Gao, « l'application de la charia est une horreur. Impossible de s'habituer à l'horreur et le pire, c'est que ça va durer tant que les islamistes contrôleront le nord du Mali ».