Côte d’Ivoire: la CPI va statuer sur l’état de santé de Laurent Gbagbo

L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo devant la CPI, le 5 décembre 2011
© REUTERS/Peter Dejong

La Cour pénale internationale tiendra les 24 et 25 septembre prochains une audience à huis clos pour déterminer si Laurent Gbagbo est médicalement apte à assister aux procédures engagées contre lui. Cette audience fait suite à une demande de la défense de l'ex-président ivoirien d'établir un rapport sur son état de santé. Laurent Gbagbo est soupçonné par la CPI de crimes contre l'humanité commis durant la crise postélectorale ivoirienne.

L'état de santé de Laurent Gbagbo est une information théoriquement confidentielle. La défense et le procureur ne veulent d'ailleurs faire aucun commentaire sur le rapport médical qui a été remis à la Cour il y a près de deux mois. Cela dit, selon plusieurs de ses proches qui ont pu le voir récemment, Laurent Gbagbo va bien. Il est en parfaite santé intellectuelle. « Il lit beaucoup, réfléchit, argumente », confie l'un de ses visiteurs.

Physiquement, l'ex-président ivoirien, âgé de 67 ans, souffre en revanche d'arthrose, notamment au poignet et de quelques problèmes articulaires pour lesquels il reçoit des soins à la prison de Scheveningen.

La prochaine audience, à laquelle assisteront les deux parties mais aussi peut être Laurent Gbagbo, aura donc pour fonction de déterminer si l'ex-chef d’Etat ivoirien est en mesure d'être jugé ou bien encore si son éventuel procès doit se tenir avec ou sans lui. L'audience de confirmation des charges a été reportée à deux reprises, la dernière fois pour permettre justement à l'accusation et à la défense de soumettre leurs observations sur ce rapport médical.

Une source proche de Laurent Gbagbo ne croit pas une seconde que le procès sera annulé pour des raisons de santé mais, dit-elle, cette affaire est trop importante pour la CPI pour qu'elle prenne le risque d'être accusée d'avoir violé les droits de la défense.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.