«L'Innocence des musulmans»: un film «anti-islam» à l'origine d'émeutes en Libye et en Egypte

Le drapeau de l'ambassade américaine au Caire, arraché par des manifestants, contre un film jugé offensant pour l'islam, produit par un promoteur américano-israélien.
© TOPSHOTS/AFP PHOTO/KHALED DESOUKI

Les attaques contre l’ambassade des Etats-Unis au Caire et contre leur consulat en Libye ont été declenchées par un film intitulé «L'Innocence des musulmans». Un film « anti-islam », insultant le prophète Mahomet, selon les manifestants. Le grand mufti égyptien Ali Gomaa et la télévision égyptienne ont mis en cause la diaspora copte aux Etats-Unis. Mais aux Etats-Unis, un homme revendique la paternité de ce film. Il est Américano-Israélien.

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

C’est un promoteur israélo-américain vivant en Californie qui est à l’origine de ce film de treize minutes.

Interrogé par le Wall Street Journal, lundi soir, Sam Bacile affirme que son film est « politique » et non pas «religieux », qu’il a travaillé avec 60 acteurs et plus de 45 personnes pour le tournage, et qu’il a financé le tout en levant près de 5 millions de dollars de fonds auprès de donateurs juifs qu’il n’a pas identifiés.

La mise en ligne de ce « film  » a en tout cas suscité des milliers de réactions, aux Etats-Unis. Colère des uns, indignation des autres que l’on ose s’attaquer à la sacro-sainte liberté d’expression protégée aux Etats-Unis par la Constitution.

Le pasteur Jones, en Floride, qui avait déjà tant fait parler de lui par le passé, notamment en brûlant publiquement un exemplaire du Coran, organisait ce lundi le « procès de Mahomet ». Elément déclencheur ou récupération ?

Faisant d’abord référence à l’attaque de l’ambassade américaine au Caire, Terry Jones entendait utiliser un extrait du film incriminé avant que la diffusion sur internet ne soit interrompue.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.