Libye : l'ambassadeur des Etats-Unis tué dans l'attaque du consulat américain de Benghazi


©

Selon des responsables libyens, l'ambassadeur américain et trois fonctionnaires consulaires ont été tués lors des manifestations menées contre le consulat américain de Benghazi à l'est de la Libye. Les manifestants protestaient contre un film jugé offensant pour l'islam réalisé aux Etats-Unis par un citoyen israélo-américain. Ce document diffusé dans une église du Caire à l'occasion du 11-Septembre a également provoqué une manifestation dans la capitale égyptienne, devant l'ambassade des Etats-Unis. Le drapeau américain a été remplacé par un étendard noir proférant la profession de foi islamique. A Washington, la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland, a condamné cette attaque « dans les termes les plus forts ».

La manifestation a commencé vers 21 heures,  le 11 septembre, selon un témoin sur place. Les salafistes de l'organisation Ansar al-charia, auteurs de plusieurs attaques de délégations étrangères ces derniers mois, ont fait usage de leurs armes, y compris des lance-roquettes, contre le bâtiment avant d'y faire irruption et d'y mettre le feu.

Cette manifestation faisait écho à un rassemblement de salafistes égyptiens, qui, plus tôt mardi s'en sont pris à l'ambassade américaine au Caire en retirant la bannière étoilée pour la remplacer par l'étendard noir et blanc des islamistes extrémistes.

L'étincelle, c'est un film américain à petit budget qui met en scène et de façon négative le prophète de l'islam, Mahomet. La bande-annonce circule depuis peu sur internet à l'occasion du onzième anniversaire de l'attaque du World Trade Center à New York par al-Qaïda.

Lundi, le chef d'al-Qaïda Ayman al Zawahiri confirmait l'élimination par les Américains de son numéro 2, le Libyen Abu Yahia al-Libi en juin dernier. Déjà à l'époque, le consulat avait été pris pour cible par ce même groupe, faisant seulement un blessé.

A Washington, la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland, a condamné « dans les termes les plus forts » cette attaque précisant que des responsables américains travaillent avec les Libyens pour sécuriser le bâtiment.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.