Madagascar : statu quo un an après la signature de la feuille de route de sortie de crise

Andy Rajoelina (g) et Marc Ravalomanana (d).
© REUTERS/AFP

Il y a un an, la majorité des partis politiques signaient une feuille de route de sortie de crise. Un document censé mettre un terme à la crise politique que traverse Madagascar, et qui fait office de Constitution, en attendant la tenue des prochaines  élections. Mais un an après la signature, la situation est au même point. Et les observateurs de la vie politique se demandent même si ces élections, prévues pour l'an prochain, vont vraiment avoir lieu.

Un an après la signature de la feuille de route, il y a des institutions qui ont été mises en places, le gouvernement d'union nationale avec un Premier ministre de consensus, un Parlement d'union nationale, la Commission électorale nationale indépendante de la transition – la Cénit, et même, des dates d'élections annoncées pour l'année prochaine.

Pourtant, selon Jean-Eric Rakotoarisoa, professeur de Droit constitutionnel à l'université d'Antananarivo, la feuille de route ne possède pas les outils pour régler le problème principal de la crise : le conflit entre le président de la transition Andry Rajoelina et l'ancien président en exil Marc Ravalomanana.

En substance deux articles de cette feuille de route se battent en duel, l'un impose le retour « sans conditions de Marc Ravalomanana » littéralement, l'autre, la poursuite des procédures judiciaires contre lui. Le paysage politique reste toujours complètement clivé. Jean-Eric Rakotoarisoa se dit « sceptique » quant à la tenue des élections l'année prochaine.

Depuis la signature de la feuille de route, l'Etat semble avoir deux têtes le président de la transition, et le Premier ministre de consensus, deux têtes qui ne se parleraient quasiment plus.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.