La justice belge se saisit de la demande d’interdiction de l’affiche du film sur Chebeya

John Numbi, à Kinshasa, le 14 juillet 2006
© AFP/Marco Longari

Un tribunal de Liège examine ce mardi 25 septembre une plainte en référé du général congolais John Numbi contre le réalisateur Thierry Michel. Chef de la police congolaise au moment de l'assassinat du défenseur des droits de l'homme Floribert Chebeya, il y a deux ans à Kinshasa, John Numbi souhaite faire interdire la diffusion de l'affiche du documentaire de Thierry Michel consacré à cette affaire, sur laquelle figure l'image de John Numbi, à côté d'une photographie de la victime, Floribert Chebeya.

L'officier réclame 5 000 euros d'amende au réalisateur Thierry Michel et sa productrice pour chaque affiche publiée sur quelque support que ce soit.

Car son avocat, Me Emmanuel de Wagter, dénonce un montage malveillant. « Cette affiche laisse suggérer que le général aurait, non seulement un lien avec cette triste affaire, et deux, qu’il serait l’un des instigateurs. C’est cet usage-là qui nuit à son image. L’enquête a démontré qu’il n’avait aucun lien avec cette affaire, si ce n’est qu’à l’époque il était patron de la police nationale ».

Réplique de l'avocat de Thierry Michel, Me Bernard Mouffe. Il s'étonne que la justice ait été saisie la semaine dernière en référé, c'est-à-dire un urgence, et compte demander un report de l'audience.

« Le film a été diffusé pour la première fois, il y a presque un an. Et l’image était déjà produite sur l’affiche à cette occasion-là. Le film a été diffusé par la suite en salle. Donc, s’il y avait un préjudice que monsieur Numbi pouvait faire valoir, c’était évidemment dès que l’image avait été utilisée, c'est-à-dire, il y a près d’un an ».

D'après son avocat, John Numbi n'aurait pas apprécié que la télévision nationale belge diffuse la semaine dernière le film de Thierry Michel. Du côté des défenseurs des droits de l'homme, qui soupçonnent John Numbi d'être impliqué dans l'assassinat de Floribert Chebeya, certains estiment que cette action judiciaire de l'officier congolais pourrait bien se retourner contre lui, et permettre de relancer l'intérêt pour l'affaire Chebeya.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.