Erythrée: deux officiers demandent l'asile politique en Arabie Saoudite à bord du jet privé du président


©

Deux pilotes des forces armées érythréennes ont fait défection, mardi 2 octobre 2012, avec leur appareil, en Arabie Saoudite. Pris en charge par les autorités saoudiennes, les deux hommes sont depuis au secret. Ces deux pilotes ont fui avec l'avion du président Issaias Afeworki.

En août dernier, le porte-drapeau de la sélection érythréenne aux Jeux olympiques de Londres n'est jamais rentré au pays. Une défection qui a dû agacer les autorités d'Asmara, mais sans doute beaucoup moins que celle qui s'est produite mardi matin : deux capitaines de l'armée de l'Air érythréenne ont en effet posé leur appareil de l'autre côté de la mer Rouge, précisément sur l'aéroport régional de Jizan, en territoire saoudien, avant de demander l'asile politique au royaume saoudien.

Ce n'est ni la première ni la dernière défection en provenance d'Erythrée, mais quelle ne fut pas la surprise des autorités en découvrant que l'appareil en question n'était autre que le jet privé appartenant au président Issayas Afeworki.

Les deux capitaines érythréens ne sont donc pas n'importe qui. Ils travaillent directement pour le chef de l'Etat et ils auraient participé, selon notre confrère Léonard Vincent, à plusieurs missions secrètes, notamment en Somalie. Ils y auraient convoyé du matériel militaire pour le compte des milices shebabs.

Autant dire que leur défection est du pain béni pour les services secrets saoudiens et américains, Washington accusant Asmara de sponsoriser le terrorisme dans la Corne de l'Afrique. C'est sans doute en raison de l'extrême importance de ces deux hommes que le général Habteselassié, commandant de l'aviation érythréenne, aurait été envoyé d'urgence en Arabie Saoudite.