Côte d’Ivoire : un rapport de l’ONU riche en révélations - Afrique - RFI

 

  1. 04:40 TU LA DANSE DES MOTS 2
  2. 05:00 TU Journal
  3. 05:15 TU Sessions d'information
  4. 05:30 TU Journal
  5. 05:34 TU Sessions d'information
  6. 05:40 TU Grand reportage
  7. 06:00 TU Journal
  8. 06:15 TU Sessions d'information
  9. 06:30 TU Journal
  10. 06:40 TU Sessions d'information
  11. 07:00 TU Journal
  12. 07:15 TU Sessions d'information
  13. 07:30 TU Journal
  14. 07:43 TU Sessions d'information
  15. 08:00 TU Journal
  16. 08:10 TU Religions du monde
  17. 08:30 TU Journal
  18. 08:33 TU Religions du monde
  19. 09:00 TU Journal
  20. 09:10 TU La marche du monde
  21. 09:30 TU Journal
  22. 09:33 TU La marche du monde
  23. 10:00 TU Journal
  24. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  25. 10:30 TU Journal
  1. 04:30 TU Sessions d'information
  2. 05:00 TU Journal
  3. 05:15 TU Sessions d'information
  4. 05:30 TU Sessions d'information
  5. 06:00 TU Journal
  6. 06:15 TU Sessions d'information
  7. 06:30 TU Journal
  8. 06:43 TU Sessions d'information
  9. 07:00 TU Journal
  10. 07:15 TU Sessions d'information
  11. 07:30 TU Sessions d'information
  12. 08:00 TU Journal
  13. 08:10 TU Le débat africain
  14. 08:30 TU Journal
  15. 08:40 TU Le débat africain
  16. 09:00 TU Journal
  17. 09:10 TU Religions du monde
  18. 09:30 TU Journal
  19. 09:33 TU Religions du monde
  20. 10:00 TU Journal
  21. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  22. 10:30 TU Journal
  23. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  24. 11:00 TU Journal
  25. 11:10 TU Internationales
fermer

Afrique

Alassane Ouattara Cédéao Côte d'Ivoire Ghana Laurent Gbagbo Mali

Côte d’Ivoire : un rapport de l’ONU riche en révélations

media

Information exclusive : RFI a pu se procurer un rapport confidentiel du groupe d'experts des Nations unies sur la Côte d'Ivoire. Celui-ci doit être débattu, dans les prochains jours, au Conseil de sécurité de l'ONU. Ce rapport intermédiaire de 26 pages est explosif tant il paraît accablant pour les leaders pro-Gbagbo en exil en Afrique de l'Ouest.

Les enquêteurs des Nations unies ne dédouanent pas les autorités ivoiriennes de certaines violations de l'embargo comme, par exemple, des munitions vendues au Burkina Faso et qui avaient pour destination finale la Côte d'Ivoire. Abidjan a aussi importé des équipements radio, des couteaux de combat et des uniformes, sans avertir le comité de sanctions.

Le rapport dénonce un complot de la part des pro-Gbagbo

Cependant, c'est surtout pour les leaders pro-Gbagbo, en exil en Afrique de l'Ouest, que ce rapport est accablant. Ceux-ci clament régulièrement que la lutte armée ne fait pas partie de leur philosophie et pourtant, d'après les cinq experts de l'ONU, plusieurs dignitaires de l'ancien régime continuent d'organiser la déstabilisation de la Côte d'Ivoire.

Ainsi, on peut lire dans ce document que, le 12 juillet dernier, une réunion s'est tenue à Takoradi, au Ghana, où trois groupes d'exilés -composés, chacun, de militaires et de civils- ont décidé d'unir leur force et de définir ensemble une stratégie pour reprendre le pouvoir à Abidjan. Ainsi (sans que cela soit exhaustif), l'ex-directeur du port d'Abidjan, Marcel Gossio, le pasteur Moïse Koré, Charles Blé Goudé, Justin Koné Katinan ou encore la seconde épouse de Laurent Gbagbo, Nady Bamba, soutiendraient politiquement et financièrement les opérations armées menées depuis le Ghana et le Liberia.

Des rapprochements inattendus

Plus étonnant encore, toujours selon ce rapport, une connexion a été établie ces derniers mois entre ces exilés ivoiriens et la junte malienne, mais aussi avec les jihadistes d'Ansar Dine. L'objectif des militaires et des islamistes maliens étant de compromettre, à tout prix, les actions de la Cédéao et de son président en exercice, afin de destabiliser le Mali.

Un ennemi commun peut susciter des rapprochements inattendus : voilà l'une des observations que l'on peut tirer de la lecture de ce rapport. Selon les informations des experts des Nations unies, fin juin 2012 s'est tenue, dans un camp militaire de Bamako, une réunion entre cinq membres de la junte malienne -dont le capitaine Sanogo- et deux envoyés de Damana Pickass - un leader de la galaxie patriotique ivoirienne aujourd'hui réfugié au Ghana.

Durant cette rencontre, les militaires maliens auraient souligné à leurs deux visiteurs -le lieutenant Diby, plus connu sous le nom de « Sandokan », et un certain Monsieur Fofana- leur intérêt à soutenir des opérations de déstabilisation qui compromettraient les efforts de la Cédéao et de son président en exercice -en l'occurrence, le président ivoirien Alassane Ouattara.

Pro-Gbagbo, la junte malienne et Ansar Dine

Plus surprenant encore, ces deux Ivoiriens ont, selon les enquêteurs de l'ONU, rencontré un représentant des islamistes d'Ansar Dine à la frontière entre la Mauritanie et le Sénégal. Objet de la discussion : la mise en œuvre d'une possible coopération future -notamment via la mobilisation de mercenaires- en vue de menacer la paix et la sécurité dans la sous-région. A ce sujet, des SMS interceptés en août -trois jours après l'attaque du camp d'Akouedo- sont éloquents.

Un homme, qui a manifestement combattu pour l'accession au pouvoir d'Alassane Ouattara avant de rallier l'opposition armée, fait ici état d'un nouveau genre d'action militaire des forces islamiques et touaregs. Celui-ci évoque notamment une rencontre discrète entre un mystérieux colonel ivoirien et des jihadistes.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.