La presse algérienne rend un hommage mitigé à Chadli Bendjedid - Afrique - RFI

 

  1. 18:40 TU Débat du jour
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU Ici l'Europe
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:40 TU Sessions d'information
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU La bande passante
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU La bande passante
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Couleurs tropicales
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Couleurs tropicales
  14. 22:00 TU Sessions d'information
  15. 22:30 TU Sessions d'information
  16. 23:00 TU Journal
  17. 23:10 TU Ici l'Europe
  18. 23:30 TU Journal
  19. 23:33 TU Danse des mots
  20. 18:40 TU Orient hebdo
  21. 19:00 TU Journal
  22. 19:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  23. 19:30 TU Journal
  24. 19:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  25. 20:00 TU Journal
  1. 18:30 TU Sessions d'information
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU Accents du monde
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:40 TU Débat du jour
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU La bande passante
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU La bande passante
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Radio foot internationale
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Radio foot internationale
  14. 22:00 TU Sessions d'information
  15. 22:30 TU Sessions d'information
  16. 23:00 TU Journal
  17. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  18. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Abdelaziz Bouteflika Algérie

La presse algérienne rend un hommage mitigé à Chadli Bendjedid

media

L’Algérie est en deuil après la mort de son ancien président Chadli Bendjedid, président de 1979 à 1992. Considéré comme le père du multipartisme dans le pays, il s’est éteint des suites d’un cancer samedi à l’âge de 83 ans. Ses obsèques ont lieu cet après-midi, lundi 8 octobre. Si une certaine nostalgie était palpable hier dimanche à Alger, ce matin la presse algérienne est plus mesurée.

C'est grâce à Chadli qu'on a connu la démocratie
Les Algérois gardent le souvenir d'un démocrate 11/10/2013 - par Leïla Beratto écouter

« La mort de Chadli Bendjedid a plongé l’Algérie dans une sorte d’amnésie collective ». Voilà ce qu’écrit Liberté ce lundi matin. L’ancien président, malgré son passé révolutionnaire, est responsable de la dégradation de la sécurité au fil des années 1980, selon le journal.

Pour El Watan, Chadli est décrit comme un homme autoritaire qui enverra les cadres du régime précédent en prison, mais c’est aussi l’homme avec lequel le chômage, les pénuries et les disparités sociales s’accentuent.

C’est cette paupérisation qu’a également choisi de souligner Dilem, le caricaturiste du journal Liberté. En dernière page, une foule d’Algériens dessinés face au lecteur rend hommage d’une seule voix à Chadli pour ses « loyaux sévices ». En page 2, le journal rappelle malgré tout que Chadli a permis aux Algériens d’entrer dans l’ère de la consommation. L’ancien président était un homme sympathique aux yeux des Algériens, il était la cible de blagues, « des blagues souvent à son désavantage », raconte Liberté, et de blagues qui le présentaient comme un président à la limite du simplisme.

Inhumation

La dépouille mortelle de Chadli Bendjedid est exposée au Palais du peuple d’Alger. Et les Algériens nostalgiques vont pouvoir continuer de lui rendre hommage avant son inhumation cet après-midi.

L’ancien président sera inhumé au cimetière d'El Alia, à l’est de la capitale, dans le carré des Martyrs au côté d’anciens présidents. L’enterrement est prévu en début d’après-midi en présence du président Abdelaziz Bouteflika. Mais auparavant, la dépouille va être transportée par un cortège funéraire du Palais du peuple jusqu’au cimetière, en traversant toute la capitale.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.