Aqmi au Sahel: Mokhtar Belmokhtar écarté de son commandement - Afrique - RFI

 

  1. 18:10 TU Décryptage
  2. 18:30 TU Journal
  3. 18:33 TU Sessions d'information
  4. 18:40 TU Débat du jour
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU Grand reportage
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:40 TU Sessions d'information
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU La bande passante
  11. 20:30 TU Journal
  12. 20:33 TU La bande passante
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Couleurs tropicales
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Couleurs tropicales
  17. 22:00 TU Sessions d'information
  18. 22:30 TU Sessions d'information
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Accents d'Europe
  21. 23:30 TU Journal
  22. 23:33 TU Danse des mots
  23. 18:10 TU Sessions d'information
  24. 18:30 TU Journal
  25. 18:33 TU Sessions d'information
  1. 18:10 TU Grand reportage
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU Décryptage
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU Débat du jour
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU La bande passante
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU La bande passante
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Radio foot internationale
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Radio foot internationale
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  19. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.Suivez en direct l'évolution de la situation. Les antennes de RFI sont en édition spéciale jusqu'à 19h TU.

fermer

Afrique

Algérie AQMI Mali

Aqmi au Sahel: Mokhtar Belmokhtar écarté de son commandement

media

Mokhtar Belmokhtar est l'un des chefs historiques d'Aqmi dans le Sahel. Il était à la tête d'une katiba, une unité combattante. Depuis un moment, il était en disgrâce auprès de la tête d'Aqmi en Algérie. D'après nos informations, et c'est une exclusivité RFI, il vient dêtre destitué de la tête de la katiba qu'il dirige. Cette éviction coïncide avec la réorganisation de la direction d'Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique, dans le nord du Mali.

Selon plusieurs sources sécuritaires dans la région, l’éviction de Mokhtar Belmokhtar du commandement de sa katiba, c'est-à-dire son unité combattante, était prévisible. Depuis quelques mois, il n’en faisait qu’à sa tête, ne reconnaissait plus l’autorité de sa hiérarchie.

Celui qu’on appelle encore Khaled prenait de plus en plus son indépendance avec son unité combattante baptisée « unité des enturbannés ». Droukdel Abdelmalek, l’émir général d’Aqmi basé en Algérie, l’avait d'ailleurs plusieurs fois rappelé à l’ordre, sans succès, avant de présider le conseil qui vient de le destituer. Belmokhtar ne peut, en principe, contester la décision de sa destitution, mais bien que destitué, il peut rester un combattant de base.

Du GIA à Aqmi en passant par le GSPC

Mokhtar Belmokhtar n’est pas qu’un trafiquant. Il est surtout une grande figure d’al-Qaïda au Maghreb islamique. En 1991, il a combattu aux côtés des jihadistes en Afghanistan. Deux ans plus tard, il regagne son pays et rejoint les Groupes islamiques armés (GIA), avant de devenir émir de la zone sud, qui débouche sur le nord du Mali.

Une région où il a fini par implanter le GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat), ensuite Aqmi, et aujourd’hui al-Qaïda au Sahel. Dans son pays, l’Algérie, il a été pour divers crimes condamné au moins trois fois à mort par contumace.

Une éviction qui coincide avec une réorganisation d'Aqmi dans le nord du Mali

L’Algérien Yahia Abou al-Hamam remplace un autre Algérien, Nabil Makhloufi, coordonnateur des actions d’Aqmi dans le Sahel, décédé le mois dernier, lors d’un mystérieux accident de la circulation.

Le nouveau patron d’Aqmi au Sahel a moins de 36 ans. Selon plusieurs sources sécuritaires, son véritable nom est Djamal Okacha. C’est un tireur d’élite et en raison d’un handicap au pied droit, il boitille en marchant. Il a personnellement piloté l’opération d’enlèvement d’un couple italo-burkinabè, en décembre 2010 dans le Sahel.

Mokhtar Belmokhtar doublement isolé

Yahia Abou al-Hamam est également un proche d'Abou Zeid, chef d’une autre katiba. De notoriété publique, si le nouveau chef, le nouvel émir d’Aqmi au Sahel, s’entend bien avec Abou Zeid, -les deux hommes résident généralement à Tombouctou-, ses relations sont plutôt fraîches avec Mokhtar Belmokhtar qui ne lui s’entend pas non plus avec Abou Zeid.

Mais destitué, affaibli -il ne détient pas actuellement d’otages européens-, Mokhtar Belmokhtar pourrait chercher à rebondir avec ses alliés du moment, le Mujao, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest. Comme le Mujao, Mokhtar Belmokhtar a désormais sa base dans la ville de Gao.

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.