Republier
Burkina Faso

Burkina Faso: 25 ans après l'assassinat de Thomas Sankara, le mystère demeure

Défilé à Ouagadougou à l'occasion du XXe anniversaire de l'assassinat de Thomas Sankara, le 14 octobre 2007.
© AFP / KAMBOU SIA

Ce lundi 15 octobre 2012 marque les 25 ans de l’assassinat du capitaine thomas sankara, alors président du Burkina Faso. Depuis ce tragique coup d’état qui a porté au pouvoir Blaise Compaoré, les partisans et la famille du défunt président attendent toujours que la lumière soit faite sur ce qui s’est réellement passé ce 15 Octobre 1987. Et comme chaque année c’est l’unisson que les partis sankaristes rendront hommage au leader la Révolution Burkinabé.

Vingt-cinq ans après le coup d’Etat qui coûté la vie au capitaine Thomas Sankara et certains de ses compagnons, des voix s’élèvent pour demander la vérité sur sa mort.

En avril 2006, le comité des Droits de l’homme de l’ONU s’était emparé du dossier, avant de le clore deux années plus tard sans l’ouverture d’une enquête. En 2009, un collectif international d’associations avait lancé une pétition pour réclamer une enquête internationale, indépendante et l’ouverture des archives.

Plusieurs procédures judiciaires ont été lancées au Burkina Faso, mais aucune pour l’instant n’a réussi à faire émerger la vérité.

« Il ne reste plus que la voie du tribunal militaire. Or, à ce niveau, la procédure qui doit être déclenchée est tributaire d’un ordre de poursuite qui ne peut être donné que par le ministre de la Défense, qui se trouve être le président du Faso lui-même », selon Maître Sankara, l’un des avocats de la famille Sankara.

Des jeunes venus de France, du Niger, du Mali et du Bénin on participé à un forum autour de l’idéal de Thomas Sankara. Comme chaque année, les sankaristes se retrouveront au cimetière de Dagonoen pour rendre hommage au leader de la Révolution burkinabé.

Même s’ils ne savent toujours pas qui s’y trouve réellement. L’expertise de la tombe et le test ADN réclamés par la veuve, Mariam Sankara, sont à ce jour restés lettre morte.

La lumière va se faire pour la simple raison que les régimes passent, l'impunité ne peut pas aller au-delà et si M.Blaise Compaoré à qui le crime du président Thomas Sankara profite n'est plus là, la vérité va se faire

Bénéwendé Sankara
15-10-2012 - Par Olivier Rogez

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.