Reprise des négociations pour sortir de l'impasse politique à Madagascar

Le retour ou non de l'ancien président malgache Marc Ravalomanana est l'enjeu de ces négociations.
© AFP / Joshua Berger

A Madagascar, les négociations ont repris de plus belle cette semaine pour tenter de trouver une issue à la crise qui secoue le pays. Leonardo Simao, redevenu médiateur de la Communauté de développement des pays d’Afrique australe (SADC), multiplie les entretiens politiques. En parallèle, une mission militaire de la SADC doit évaluer la situation sécuritaire dans l’île. Elle a rencontré le mercredi 17 octobre le commandement militaire malgache.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Anne Sylvestre

Ce n’est pas la première fois que les militaires malgaches sont consultés. Cela a duré des heures mercredi 17 octobre. Il en aura fallu quatre au lieu des deux prévues pour qu’ils livrent leur point de vue sur le climat sécuritaire dans la Grande île.

Alors que la prochaine élection présidentielle est annoncée pour mai 2013, la situation est plutôt bonne pour le général Ranto Rabarisoa, président du Conseil militaire de la défense nationale (CMDN). Cependant, elle reste précaire : « On va tout faire pour tenir les élections, à moins qu’il y ait un facteur de troubles nouveaux qui vient perturber la situation qu’on est déjà arrivé à améliorer ».

Retour de Marc Ravalomana, un problème ?

Pour le général Ranto Rabarisoa, le retour de Marc Ravalomanana « peut être » un facteur de problèmes. Or, le retour ou non de l’ancien président, sa participation au prochain scrutin, représentent bien les enjeux de ces consultations. Mais ce sujet divise les politiques et implique les militaires. En 2009, ce sont eux qui ont remis le pouvoir au chef d’Etat de transition, Andry Rajoelina.

De leur côté, les gradés de la SADC, qui ne laissent pour l’instant rien filtrer,  poursuivent leur travail. Le général Charles Mayounga, chef de leur délégation l'affirme : « Nous poursuivons nos consultations. Pour l’instant, nous n’avons pas arrêté de position. En fait, c’est une fois que nous aurons entendu tout le monde que nous pourrons donner notre avis sur le retour de Marc Ravalomanana ».

Les discussions doivent donc se poursuivre, mais il ne reste plus que deux jours. Les militaires de la SADC ont annoncé leur départ pour le vendredi 19 octobre.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.