Biens mal acquis: mandat d'arrêt international de la Guinée équatoriale contre le président d'une ONG

En Guinée équatoriale, Daniel Lebègue fait l'objet d'un mandat d'arrêt pour calomnie et diffamation.
© AFP/Daniel Janin

Le bras de fer continue entre la Guinée équatoriale et le patron de Transparency International France, l'une des ONG à l'origine de l'affaire des biens mal acquis. C'est l'affaire qui a conduit la France à lancer un mandat d'arrêt contre Teodorin Obiang Nguema, le fils du président équato-guinéen. Depuis, les autorités de Guinée équatoriale ont, elles mêmes, lancé des poursuites judiciaires contre le président de Transparency International France, Daniel Lebègue. Et Malabo annonce même cette semaine avoir lancé un mandat d'arrêt international contre lui.

A Malabo, les autorités prennent des distances avec l'hypothèse d'une riposte aux déboires judiciaires de Teodorin Obiang Nguema en France. Elles assurent que les poursuites judiciaires et le mandat d’arrêt international lancés contre le président de la section française de l’Organisation non gouvernementale Transparency international France sont justifiés.

« Daniel Lebègue est accusé de calomnie et de diffamation », explique le procureur général de Guinée équatoriale, David Nguema. Il ajoute que « le citoyen français Lebègue a de gros intérêts économiques en Guinée équatoriale. Il est par exemple au conseil d’administration de la société française Technip qui travaille dans le secteur pétrolier depuis 2000. Et en même temps et à travers les médias, il nous présente comme un Etat corrompu. Le parquet a lancé ses poursuites parce qu’il a l’obligation légale de défendre les intérêts publics du pays ».

De son côté, William Bourdon, avocat de Daniel Lebègue ne s'inquiète pas. Il estime qu’un mandat d’arrêt émis par la Guinée équatoriale pour des faits de diffamation a peu de chance d’être relayé par Interpol : « C’est comme si la Corée du Nord diffusait un mandat d’arrêt contre Obama parce qu'Obama a fait des déclarations qui auraient été désagréables à Kim Il-Sung. Dans ces cas-là, Interpol évidemment ne diffuse pas les mandats d’arrêt.Néanmoins, c’est désagréable. »

L'avocat est convaincu de qu'il s'agit d'une riposte aux poursuites judiciaires du fils du président équato-guinéen : « Ce mandat d’arrêt est délivré en représailles, parce qu’il s’agit bien de ça. Teodorin Obiang Nguema fait l’objet d’un mandat d’arrêt international qui a été diffusé par Interpol. Des charges maintenant s’accumulent du fait du travail des juges d’instruction français qui exercent cette mission en toute indépendance. Donc ça ne leur fait pas plaisir ».

Qu'il s'agisse d'une riposte ou non, Daniel Lebègue a jugé opportun de faire en sorte que son mandat au conseil d’administration de la compagnie Technip ne soit pas renouvelé lors de la prochaine assemblée générale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.