Nigeria: poussée de violence imputée à Boko Haram à Maiduguri et Potiskum

Capture d'écran d'une vidéo publiée sur Youtube le 12 avril 2012. Au centre, Abubakar Shekau, leader de Boko Haram.
© AFP PHOTO / YOUTUBE

La ville de Potiskum, dans l'Etat de Yobé, dans le nord-est du Nigéria, a été la cible de nouvelles attaques, samedi 20 octobre 2012 au matin. Des attaques attribuées au groupe islamiste Boko Haram. Sept personnes ont été tuées par balle, portant à 31 au moins le nombre de victimes d'attentats attribués à Boko Haram depuis trois jours.

Depuis le début de la semaine, la confrontation entre Forces spéciales nigérianes et islamistes de Boko Haram a multiplié les victimes dans le nord-est du Nigeria. Il y a eu ces explosions, lundi, à Maiduguri, berceau de l'organisation et capitale de Borno. Puis, pendant plusieurs jours des échanges de tirs dans certains quartiers et de nouvelles déflagrations.

Mercredi matin c’est la ville de Potiskum, dans l'Etat voisin de Yobé, qui a été secouée par un attentat qui ouvert lui aussi une série sanglante d’explosions et de courses-poursuites. Selon des habitants, plusieurs écoles et un bâtiment public ont été brûlés. Pour la seule journée du samedi 20 octobre, les membres de Boko Haram ont exécuté 7 personnes à Potiskum.

Dans ce contexte de terreur, les forces de sécurité nigérianes disent avoir obtenu de nouveaux éléments sur les complicités de politiciens locaux avec les islamistes. Selon un communiqué de la Force spéciale, un chef de haut niveau de Boko Haram, un certain Shuaibu Mohammed Bama, a été arrêté jeudi au domicile d’un sénateur de Maiduguri.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.