L'Union des Comores veut assurer sa propre sécurité maritime


©

Malgré les accords de défense renouvellés récemment avec la France, les Comores sont en train de monter leur propre corps de gardes-côtes. Cette équipe devra sécuriser la zone, lutter contre la piraterie et l’immigration clandestine vers Mayotte. Des missions difficiles à remplir, au vu du manque de moyens pour l'instant disponibles.

C’est à bord de l’une des quatre vedettes de la toute nouvelle équipe des gardes-côtes, que le chef de cette unité nous accueille. Une section mise en place en 2010, et qui est toujours dans sa phase de création.

Mais malgré le manque de moyens, les garde-côtes opèrent toujours. Le colonel Hamza est le chef de cette unité : « Là, les moyens dont on dispose actuellement… On peut intervenir dans la surveillance de nos approches maritimes, jusque dans nos eaux territoriales, ça s’étend jusqu’à la zone économique exclusive. Là, on intervient rarement là-bas, parce que, on se prépare pour avoir des moyens appropriés pour intervenir ».

Cette nouvelle unité assure des missions de défense maritime, de lutte contre la piraterie ou contre les trafics illicites. Cette section, composée essentiellement de jeunes officiers formés en Libye, est aussi attendue pour mettre fin aux pertes humaines entre Anjouan et Mayotte.

« C’est une mission de service public. On doit assurer la sauvegarde en mer des vies humaines. Puisque vous savez très bien que dans le trajet maritime, ou le transport maritime entre Anjouan et Mayotte, il y a beaucoup d’accidents, des catastrophes maritimes qui se passent, donc on doit faire en sorte d’assurer une sécurité, pour sauvegarder ces vies humaines ».

Pour l’instant, l’unité s’atèle à construire son quartier général, financé par les fonds des Nations unies, pour la consolidation de la paix.