Le Soudan accuse Israël d'avoir bombardé l'une de ses usines d'armement


©

Le gouvernement soudanais a accusé Israël, ce mercredi 24 octobre 2012, d'avoir bombardé la nuit dernière une usine d'armement à Khartoum. Selon les autorités soudanaises, qui disent se réserver le droit de riposter, cette attaque a fait deux morts et plusieurs blessés. Pour l'heure, ni l'armée israélienne ni le gouvernement à Jérusalem n'ont souhaité commenter ces accusations.

Aux environs de minuit, quatre avions ont effectué un raid sur l'usine de Yarmouk, selon le ministre soudanais de l'Information. Lors de la conférence de presse qu'il a tenu ce mercredi, Ahmed Bilal Osman a clairement pointé du doigt Israël comme le responsable de ce bombardement.

Le ministre a affirmé que des preuves mettant en cause l'Etat hébreu ont été découvertes parmi les restes des explosifs retrouvés au milieu des décombres. Si, jusque-là, aucun commentaire n'est venu d'Israël pour confirmer ou infirmer ces dires, ce n'est pas la première fois que Khartoum lance de telles accusations.

L'an dernier, en avril, les autorités soudanaises avaient assuré que des missiles tirés depuis des hélicoptères d'attaque de Tsahal avaient frappé un véhicule à Port-Soudan, et tué ses deux occupants. Deux ans plus tôt, en janvier puis en février 2009, deux mystérieux bombardements aériens avaient visé des convois dans le nord-est du Soudan.

Israël n'a revendiqué aucune de ces opérations, mais a en revanche fait part de sa préocupation concernant un trafic d'armes à destination du Hamas depuis le Soudan. De là à penser que le territoire soudanais est devenu le théâtre d'une guerre secrète que se livrent l'Etat hébreu et le mouvement islamiste maître de Gaza, il n'y a qu'un pas.

Israël fait la sourde oreille face aux accusations soudanaises

Ce n’est pas la première fois que l’Etat hébreu est soupçonné de frappes non-revendiquées en territoire soudanais.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

En Israël, aucune source officielle ne commente les accusations formulées par le Soudan. Aucun commentaire non plus ces dernières années, lorsque des faits similaires se sont produits. En mai 2011, une voiture explose dans la ville côtière de Port-Soudan, sur la Mer Rouge. Les deux occupants sont tués. En 2009, c’est tout un convoi routier qui est réduit en cendre, apparemment par une frappe aérienne, jamais revendiquée.

Le Soudan est l’une des possibles routes d’approvisionnement en armes et en munitions pour les groupes palestiniens de la bande de Gaza, ou pour la nébuleuse jihadiste du Sinaï. Cette dernière ayant commis plusieurs attaques contre des ressortissants israéliens ou égyptiens au cours des derniers mois.

Une chose est sûre : Israël ne reconnaitra jamais être à l’origine des explosions inexpliquées qui secouent de temps à autre le Soudan. Pas plus que l’Etat hébreu ne revendique les actes de sabotages et assassinats de scientifiques qui ont ralenti le programme nucléaire iranien ces dernières années.