Le Mali est réintégré au sein de l'Union africaine


©

A Addis-Abeba, l’Union africaine a annoncé le 24 octobre la réintégration du Mali au sein de l'institution. Il y a sept mois, le pays avait été suspendu à la suite du coup d’Etat du 22 mars 2012 qui avait renversé le président Amadou Toumani Touré. Le départ du président malien avait précipité la conquête du nord du pays par des groupes armés islamistes emmenés par Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique. Même si le pays est toujours dirigé par un régime de transition, cette réintégration officielle intervient quelques jours après une importante réunion à Bamako durant laquelle la communauté internationale a déjà manifesté sa solidarité avec les autorités maliennes face aux islamistes armés.

L’Union africaine a illustré hier la volonté de la communauté internationale de faire bloc derrière les autorités maliennes, engagées dans un bras de fer, face aux islamistes armés qui ont pris le contrôle d’une partie du nord du pays.

La décision de réintégrer le Mali au sein de l’institution s’apparente à un nouveau signal de solidarité envers le régime de transition, cinq jours avant la décision d’envoyer prochainement, avec l’aval de l’ONU, une force armée d’environ 3 000 hommes issus des pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

Dès le 24 octobre au matin, la présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, avait déjà témoigné de l’inquiétude de l’organisation face aux groupes terroristes criminels oeuvrant dans le nord du Mali. Selon elle, ils menacent les  principes majeurs de l’UA que sont l’unité nationale et l’intégrité territoriale.

Rappelant les enjeux de la situation, pour l’ensemble de la région et au-delà, elle a insisté sur le principe général qu’il ne pouvait y avoir de développement sans paix et vice-versa.

Dans la soirée, l’Union africaine a aussi renouvelé son attachement à l’ordre constitutionnel, appelant à la convocation d’élections au Mali dès le début de l’année 2013.


Les inquiétudes de la Croix-Rouge

La moitié de la population qui habite le nord du Mali, dans des régions occupées depuis près de sept mois par des groupes islamistes armés, a besoin d'aide avant la fin de l'année. C'est ce qu'a estimé, hier à Bamako, le président du CICR, Comité international de la Croix-Rouge. Peter Maurer venait de passer trois jour au Mali, mais aussi au Niger. Il a été notamment reçu par le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra et a également effectué une visite de terrain, à 600 km au nord de Bamako. Il évoque une crise que se dessinait depuis longtemps.

Le président du CICR explique que les troubles politiques sont venus s'ajouter à une crise alimentaire existante, poussant les populations à se déplacer. Selon lui, près de 500 000 personnes, soit la moitié de la population du Nord, ont besoin d'aide. Il évoque ensuite les accords de sécurité passés par le CICR avec les groupes armés pour pouvoir venir en aide aux populations.

Les problèmes de sécurité sont une préoccupation constante. Le mode d’opération du CICR est d’essayer de négocier avec tous les groupes armés dans le Nord, des arrangements sécuritaires qui nous permettent d’atteindre les populations qui ont besoin d'aide.
Peter Maurer
11-10-2013 - Par Serge Daniel

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.