Des Africains aux Etats-Unis: la tresse providence de Toulassi Akou - Afrique - RFI

 

  1. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  2. 08:30 TU Journal
  3. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  4. 09:00 TU Journal
  5. 09:10 TU Priorité santé
  6. 09:30 TU Journal
  7. 09:33 TU Priorité santé
  8. 10:00 TU Journal
  9. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  10. 10:30 TU Journal
  11. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  12. 11:00 TU Journal
  13. 11:15 TU Sessions d'information
  14. 11:30 TU Journal
  15. 11:33 TU Sessions d'information
  16. 12:00 TU Journal
  17. 12:10 TU Sessions d'information
  18. 12:30 TU Journal
  19. 12:33 TU Sessions d'information
  20. 12:40 TU Grand reportage
  21. 13:00 TU Journal
  22. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  23. 13:30 TU Journal
  24. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  25. 14:00 TU Journal
  1. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  2. 08:30 TU Journal
  3. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  4. 09:00 TU Journal
  5. 09:10 TU Priorité santé
  6. 09:30 TU Journal
  7. 09:33 TU Priorité santé
  8. 10:00 TU Journal
  9. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  10. 10:30 TU Journal
  11. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  12. 11:00 TU Journal
  13. 11:15 TU Sessions d'information
  14. 11:30 TU Journal
  15. 11:33 TU Sessions d'information
  16. 12:00 TU Journal
  17. 12:10 TU Grand reportage
  18. 12:30 TU Sessions d'information
  19. 13:00 TU Journal
  20. 13:10 TU Sessions d'information
  21. 13:30 TU Journal
  22. 13:33 TU Danse des mots
  23. 14:00 TU Journal
  24. 14:10 TU Autour de la question
  25. 14:30 TU Journal
fermer

Afrique

Bénin élections USA 2012 Etats-Unis

Des Africains aux Etats-Unis: la tresse providence de Toulassi Akou

media

Suite de notre série de portraits sur les Africains qui ont choisi de tenter leur chance aux Etats-Unis. Béninoise arrivée à Atlanta il y a dix ans, Toulassi Akou réussit un beau parcours outre-Atlantique. Son salon de tresses ne désemplit pas et ses deux enfants ont décroché des bourses pour étudier à l’université.

Tresses plaquées cornrows, micro ou senegalus. Les Afro-américaines raffolent des tresses et c’est plutôt une bonne nouvelle pour Toulassi Akou et les autres Africaines qui s’installent aux Etats-Unis. « Quand tu arrives aux Etats-Unis et que tu es une femme, tu n’as pas le choix : tu rentres dans la tresse. Tu n’as personne qui va t’aider, tu n’as pas de fonds, pas de capital suffisant pour survivre donc tu rentres tout de suite dans la tresse ».

Toulassi Akou a été tresseuse ambulante quelques mois et a économisé pour se mettre à son compte. Elle se souvient que ce n’était pas facile au début, du fait de la langue surtout : « Même si tu es professeur d'anglais au pays, tu ne comprends rien tant les Américains parlent vite. Donc au début, c’est très dur ».

180 dollars la tresse

Le salon de Toulassi est situé dans un strip mall, le nom de ces enfilades de magasins de plain-pied, au bord de l’autoroute 85 à Riverdale, au sud d’Atlanta. Le lieu est sinistre, les murs sont défraîchis, les toits de tôle prennent la rouille, mais les clientes sont là. «Les loisirs, je ne connais pas, on n’a pas le temps ici. C’est un pays qui tourne 24 heures sur 24, donc nous sommes obliger de nous aligner et de suivre. C’est business business ! »

RFI/Nicolas Champeaux

Toulassi était déjà commerçante au Bénin, mais aux Etats-Unis, elle facture la tresse 180 dollars. Elle roule dans une rutilante Lincoln Navigator noire. « C’est un bon pays dans la mesure où si tu travailles, tu as tout ce que tu veux, tu peux réaliser ton rêve. En Afrique je n’aurais pas pu me payer une voiture comme ça, c’est une voiture pour les grandes personnes d’Afrique ! »

« Merci les bourses américaines »

La tresseuse est également fière de ses deux enfants : de très bons élèves qui ont décroché des bourses pour l’université avant même d’obtenir la nationalité américaine. Sa fille étudie la médecine dans le Tennessee. « Si j’avais dû payer leurs études de ma poche cela m’aurait coûté 90 000 dollars par an, sans le logement ! Donc je dis : merci les bourses américaines ». Toulassi envoie régulièrement de l’argent au Bénin et a ouvert un bar VIP à Cotonou. Elle a également fondé une organisation non caritative pour envoyer du matériel médical vers son pays natal.

Elle est heureuse aux Etats-Unis, mais elle n’a pas retrouvé la chaleur des relations humaines. Toulassi a exclusivement des relations de commerçant à client avec les Noires américaines, et cela lui va bien. En revanche au Sportsline bar d’à côté, elle sympathise avec de vieux hommes blancs. « Les gens, quand ils entendent votre accent, ils sont curieux, ils se disent : 'Ceux-là, ce ne sont pas des Afro-américains, ce sont des Africains', et ils viennent discuter avec nous ».

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.