Mali: un chanteur se dit menacé après avoir critiqué l'armée dans l'une de ses chansons - Afrique - RFI

 

  1. 14:10 TU Autour de la question
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU Autour de la question
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU Radio foot internationale
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU Radio foot internationale
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Sessions d'information
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Sessions d'information
  12. 16:40 TU Accents d'Europe
  13. 17:00 TU Journal
  14. 17:10 TU Décryptage
  15. 17:30 TU Journal
  16. 17:33 TU Sessions d'information
  17. 17:40 TU Débat du jour
  18. 18:00 TU Journal
  19. 18:10 TU Grand reportage
  20. 18:30 TU Sessions d'information
  21. 19:00 TU Journal
  22. 19:10 TU La bande passante
  23. 19:30 TU Journal
  24. 19:40 TU La bande passante
  25. 20:00 TU Journal
  1. 14:10 TU Autour de la question
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU Autour de la question
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU Radio foot internationale
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU Radio foot internationale
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Sessions d'information
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Sessions d'information
  12. 16:40 TU Accents d'Europe
  13. 17:00 TU Journal
  14. 17:10 TU La bande passante
  15. 17:30 TU Journal
  16. 17:33 TU Sessions d'information
  17. 17:40 TU La bande passante
  18. 18:00 TU Journal
  19. 18:10 TU Grand reportage
  20. 18:30 TU Sessions d'information
  21. 19:00 TU Journal
  22. 19:10 TU Décryptage
  23. 19:30 TU Journal
  24. 19:40 TU Débat du jour
  25. 20:00 TU Journal
fermer

Afrique

Brèves Culture Mali

Mali: un chanteur se dit menacé après avoir critiqué l'armée dans l'une de ses chansons

media  

A Bamako, un chanteur en vue affirme être menacé par des hommes en armes. Roberto Magic Sapeur, de son vrai nom Harouna Sylla, a sorti récemment une chanson dans laquelle il critique ouvertement l'armée. Un texte qui lui apporte plus de problèmes que de notoriété.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.