Le rôle du Qatar et du Croissant-Rouge qatarien, au nord du Mali, en question


©

Récemment, les services secrets français démentaient que le Qatar ait pu envoyer des agents auprès des jihadistes du Mujao, dans le nord du Mali, sous couverture humanitaire. Malgré les démentis à Paris et à Doha, sur le terrain, les doutes persistent sur le rôle réel de ce richissime émirat arabe dans cette région contrôlée par les groupes armés.

Fin juillet, une mission d'évaluation du Qatar est arrivée à Gao, via Niamey, pour recenser les besoins humanitaires de la région. Selon des témoins présents sur place, les Qatariens ont promis 3 milliards de francs Cfa de médicaments et matériels de tous genres. «On attend toujours» nous assure un membre de la société civile de Gao. Selon lui, 21 tonnes de denrées alimentaires ont été distribuées, un point c'est tout.

«Ils sont venus surtout avec beaucoup d'argent» affirme un acteur humanitaire qui déplore les primes faramineuses payées à certains personnels de soin à l'hôpital de Gao, créant des tensions avec leurs collègues moins chanceux. De l'avis des ONG sur place, il est bien difficile de travailler avec le Croissant-Rouge qatarien. Ces derniers sont arrivés sans avertir personne, pas même le CICR, pourtant coordinateur de l'aide d'urgence dans les zones de conflits.

De même, le Croissant-Rouge s'installe toujours dans des lieux stratégiques déjà bien pourvus en aide, comme l'hôpital de Gao contrôlé par le Mujao, et il délaisse des zones plus isolées. Des choix qui peuvent s'avérer déterminants en cas d'intervention militaire contre les islamistes.

De là à les suspecter de soutenir en sous-main les mouvements jihadistes, certains n'hésitent pas à franchir le pas. A Gao, des sources dignes de foi assurent que plusieurs avions qatariens se sont posés nuitamment ces derniers mois à Gao et Tessalit avec des cargaisons suspectes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.