Maroc : l’hebdomadaire «Maroc Hebdo» accusé de racisme

La couverture de Maroc Hebdo qui a déclenché la polémique.
© DR

Les internautes ne parlent plus que de ça au Maroc : la couverture du Maroc Hebdo de cette semaine. Intitulée « Le péril noir » avec en photo le visage d'un migrant subsaharien, elle a suscité la colère des internautes qui dénoncent le racisme de cet hebdomadaire francophone basé à Casablanca.

« Appel au boycott de Maroc Hebdo » ou encore « Contre le racisme véhiculé par Maroc Hebdo », voici quelques-uns des groupes Facebook immédiatement créés après la sortie de ce magazine vendredi 2 novembre. Sur la Toile et Twitter, l’indignation a été quasi instantanée.

Nous sommes totalement scandalisés...

Abdelhamid Amine
03-11-2012 - Par Ghislaine Dupont

« La honte » twitte un internaute. « Du racisme pour cacher les maux d’une société en perte de valeurs », estime un autre. « Je suis triste pour mon pays », ajoute un troisième. D’autres ont relevé le contexte tendu dans lequel a été publié ce magazine réputé proche du ministère de l’Intérieur.

Racisme rampant

Des militants associatifs subsahariens ont récemment été arrêtés par la police. Et les associations de défense des migrants dénoncent des expulsions de plus en plus brutales de migrants clandestins ainsi qu’un racisme grimpant dans la société.

De son côté, Maroc Hebdo a démenti toute intention raciste. L’objectif était d’attirer l’attention des autorités marocaines sur la situation dramatique des migrants, a justifié son directeur Mohamed Selhami. Une justification un peu tardive pour le Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et des migrants.

Cette association songe à poursuivre le magazine en justice pour incitation à la discrimination raciale. En attendant, un autre journal, El Khabar, arabophone mais proche de Maroc Hebdo, publiait samedi un dossier de quatre pages sur la prostitution supposée des femmes subsahariennes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.