Réélection d'Obama: comment Kogelo célèbre la victoire du fils du village


©

Avec quelques milliers d’habitants, le village de Kogelo se réveille de sa torpeur habituelle pour se réjouir du nouveau mandat de Barack Obama en ce mercredi 7 novembre. Son père, Barack Senior, a été élevé par Mama Sarah qui, à 90 ans, est devenue l’attraction du coin.

De notre envoyée spéciale à Kogelo

Derrière la grille, les policiers attendent le signal de la famille Obama pour faire rentrer les journalistes, qui sont presque aussi nombreux que les habitants venus crier leur joie. Des jeunes arrivent en boda boda (motocyclette) et s’engouffrent dans la résidence en agitant des branchages, signe de victoire. Une vingtaine de chaises en plastique ont été disposées devant une grande affiche promouvant la lutte contre le paludisme, cheval de bataille de Mama Sarah.

Signe que l'intérêt s’est quelque peu émoussé depuis quatre ans, la rituelle bousculade des cameramen n’a pas lieu. Le clan Obama et quelques VIP s’installent en attendant la doyenne. Pour faire passer le temps sous un soleil de plomb, une femme commence à chanter a capella, et tout le monde se déhanche.

Vivacité et humour

Mama Sarah arrive soudain sous les youyous, entourée de policiers et de gardes du corps. Cheveux enveloppés dans un joli pagne assorti à sa robe, elle s’assoit tout en vilipendant ceux qui la bousculent. Difficile d’imaginer que ce petit bout de femme énergique va sur ses 91 ans. Pourtant, c’est l’âge officiel donné par sa famille.

Sourire en coin, elle répond aux questions avec vivacité et humour. A chaque déclaration, elle plisse les yeux et donne parfois un coup de coude à son voisin. A aucun moment, elle ne dérive de son propos. C’est Dieu qui a permis cette victoire, elle refuse de parler « politique » et compte bien se rendre aux Etats Unis pour l’investiture.

C’est moins ce qu’elle dit qui compte, que ce qu’elle montre : un phénomène et un exemple de belle vieillesse. Après la conférence de presse qui dure une demi-heure, des jeunes recommencent à chanter. Le nom de Raila Odinga, actuel Premier ministre et candidat aux prochaines élections de mars 2013, se glisse dans les paroles. Barack Obama est peut-être le fils prodigue de l’ouest du Kenya, mais Raila Odinga en est le chef incontesté.