La Méditerranée, un cimetière pour les migrants au mépris du droit international

Une embarcation avec à son bord des migrants originaires d'Afrique du Nord entre dans le port italien de Lampedusa le 12 avril 2011.
© AFP / Filippo MONTEFORTE

Près de 2000 personnes sont mortes l'an dernier en essayant de gagner l'Europe. La plupart ont disparu en mer et encore, selon Migreurop, le réseau d'associations qui publie cette semaine la deuxième édition d'un Atlas des Migrants en Europe, ce bilan ne tient pas compte des embarcations qui ont disparu sans survivants, et donc sans témoins. Sans témoins ou presque car une plainte a été déposée pour manquement au devoir d’assistance aux naufragés de la Méditerranée. L'OTAN est dans la ligne de mire des associations.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.