Tchad: le maire de Ndjamena suspendu de ses fonctions et entendu par la police - Afrique - RFI

 

  1. 21:10 TU Accents d'Europe
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Danse des mots
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Autour de la question
  8. 23:30 TU Journal
  9. 23:33 TU Autour de la question
  10. 21:10 TU Accents d'Europe
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Danse des mots
  13. 22:00 TU Sessions d'information
  14. 22:30 TU Sessions d'information
  15. 23:00 TU Journal
  16. 23:10 TU Autour de la question
  17. 23:30 TU Journal
  1. 21:10 TU Radio foot internationale
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Radio foot internationale
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  8. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Justice Tchad

Tchad: le maire de Ndjamena suspendu de ses fonctions et entendu par la police

media

Au Tchad, le maire de la capitale, Djimet Ibet, a été suspendu de ses fonctions par la hiérarchie, ce lundi 12 novembre. Au cœur d’une fronde pour faits de corruption, il a été convoqué à la police judiciaire, mais il a pu rentrer chez lui.

Lundi en matinée, un arrêté du Délégué général du gouvernement auprès de la commune de Ndjamena a suspendu le maire. La note, attendu depuis le week-end, expliquait que Djimet Ibet a provoqué un malaise au sein du conseil municipal de la ville de Ndjamena et s’était rendu coupable de « tentative de concussion et corruption », « faux en écriture publique », « non consultation et non implication du conseil municipal » et « non respect de la hiérarchie ».

Plus tard en fin de journée, il a reçu la visite de policiers, qui lui ont notifié une convocation à la police judiciaire. Le maire est resté jusqu’à tard à la police mais a été autorisé à rentrer chez lui.

C’est depuis plusieurs semaines que le maire fait face à une fronde des élus du conseil municipal, après des révélations par la presse de sa tentative de se faire verser deux milliards de francs CFA par un fournisseur de la mairie.

A cela s’ajoute la nomination des secrétaires généraux de la maire sans avis du conseil municipal. Des actes qui ont poussé une dizaine de conseillers municipaux à demander sa suspension par la hiérarchie.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.