Republier
Togo

Togo : Pascal Bodjona obtient gain de cause devant la Cour suprême

L’ancien ministre de l'Administration territoriale, Pascal Bodjona, en novembre 2011.
© AFP PHOTO/ EMILE KOUTON

Au Togo, l’ancien ministre de l'Administration territoriale, Pascal Bodjona, a obtenu gain de cause hier, le 15 novembre, devant la Cour suprême pour non respect de forme et de délai devant la chambre d'accusation. Il est inculpé depuis le 1er septembre dans une affaire d'escroquerie et son dossier ne semble pas avancer.

C’est une première bataille que l’ancien ministre de l’Administration territoriale vient de gagner. Mais il doit comparaître à nouveau devant la chambre d’accusation autrement composée. Une phase du dossier qui ne le fera pas évoluer pour autant. Et pour cause : la confrontation n’a toujours pas eu lieu entre le plaignant, les inculpés et le témoin.

L'Emirati Abbas al-Youssef, victime d'escroquerie au Togo, vient encore de séjourner à Lomé sans jamais obtenir cette confrontation. Le principal accusé, Agba Bertin, est toujours maintenu en détention malgré sa mise en liberté provisoire ordonnée par la chambre d’accusation contre le paiement d'une caution de 150 millions de francs CFA (environ 229 000 euros).

Egalement impliqué dans cette affaire pour complicité, Loïc Le Floch-Prigent, ex-patron du pétrolier français Elf, attend pour sa part de verser 9 000 dollars au titre de caution fixée par le juge d’instruction pour quitter provisoirement son lieu de détention, en raison de son état de santé.

Quant à Pascal Bodjona, il est toujours retenu dans les locaux de la gendarmerie en raison d’une plainte déposée contre lui dans la même affaire. Et il attend de comparaître à nouveau devant cette chambre d’accusation,. « Notre client répondra à toute confrontation, assure son avocat,  dès que toutes les procédures seront respectées ».
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.