RDC: retour sur la journée du 20 novembre à Goma et dans le reste du pays - Afrique - RFI

 

  1. 19:10 TU Grand reportage
  2. 19:30 TU Journal
  3. 19:40 TU Accents d'Europe
  4. 20:00 TU Journal
  5. 20:10 TU Couleurs tropicales
  6. 20:30 TU Journal
  7. 20:33 TU Couleurs tropicales
  8. 21:00 TU Journal
  9. 21:10 TU Grand reportage
  10. 21:30 TU Journal
  11. 21:33 TU Danse des mots
  12. 22:00 TU Sessions d'information
  13. 22:30 TU Sessions d'information
  14. 23:00 TU Journal
  15. 23:10 TU Autour de la question
  16. 23:30 TU Journal
  17. 23:33 TU Autour de la question
  18. 19:10 TU Grand reportage
  19. 19:30 TU Journal
  20. 19:40 TU Accents d'Europe
  21. 20:00 TU Journal
  22. 20:10 TU Couleurs tropicales
  23. 20:30 TU Journal
  24. 20:33 TU Couleurs tropicales
  25. 21:00 TU Journal
  1. 19:10 TU Grand reportage
  2. 19:30 TU Journal
  3. 19:40 TU Accents d'Europe
  4. 20:00 TU Journal
  5. 20:10 TU Couleurs tropicales
  6. 20:30 TU Journal
  7. 20:33 TU Couleurs tropicales
  8. 21:00 TU Journal
  9. 21:10 TU Autour de la question
  10. 21:30 TU Journal
  11. 21:33 TU Autour de la question
  12. 22:00 TU Sessions d'information
  13. 22:30 TU Sessions d'information
  14. 23:00 TU Journal

Dernières infos

fermer

Afrique

Joseph Kabila RDC Yoweri Museveni

RDC: retour sur la journée du 20 novembre à Goma et dans le reste du pays

media

Nouvelle donne mardi 20 novembre dans le Nord-Kivu. Après des échanges de tirs dans la matinée, les rebelles du M23 ont annoncé à la mi-journée contrôler l'ensemble de la ville de Goma. Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) se sont retirées. Le président Joseph Kabila a appelé à la mobilisation de la population. Revivez les moments-clés de la journée.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU)

et mardi soir, la réunion extraordinaire interministérielle de la Conférence internationale de la région des Grands lacs a sorti un communiqué dans lequel les ministres condamnent le M23 pour la prise de Goma...
A Kampala, les présidents ougandais, rwandais et congolais pourraient se retrouver ce mercredi matin 11/10/2013 - par RFI écouter

03h00 : dans un communiqué, la FIDH (Fédération internationale des droits de l'homme) et ses organisations affiliées en RDC expriment leur préoccupation pour le sort des populations.

01h00 : le Conseil de sécurité des Nations unies soutient à l'unanimité la motion présentée par la France. Le texte demande des sanctions contre deux chefs de la rébellion du M23 et demande également aux pays qui aident la rébellion de stopper tout soutien aux rebelles.

Précisions sur la résolution votée par le Conseil de sécurité avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

Jusqu’ici seul le général Bosco Ntaganda figurait sur la liste des sanctions de l’ONU. Le Conseil de sécurité y ajoute deux noms : Innocent Kaina et Baudouin Ngaruyé, deux colonels du M23 déjà inculpés par la CPI. Le comité des sanctions pourra encore étendre la liste.

Mais cette résolution est aussi le résultat d’un marchandage avec les Etats-Unis qui refusent d’étendre les sanctions aux généraux rwandais soupçonnés de soutenir le M23. Le Conseil de sécurité se contente donc de demander l’arrêt immédiat de tout soutien extérieur au M23. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, est chargé de faire la lumière sur ces soutiens supposés et d’en rendre compte au conseil. L’idée étant que sa voix aura plus de poids que celle du groupe d’experts de l’ONU.

Le Conseil de sécurité ne change pas pour l’instant le mandat des forces de l’ONU qui n’ont pas pour vocation, dit-on à New York, de mener une guerre à la place de l’armée congolaise. Le mandat de la Monusco pourrait été étendu prochainement à la surveillance de la frontière entre la RDC et le Rwanda.

22h50 : Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint des Nations unies, revient sur l'attitude de la Monusco, la mission de l'ONU en RDC, lors de la prise de Goma (à ce sujet, voir aussi les déclarations de Laurent Fabius suivies de notre analyse, à 17h30 TU dans cet article). Selon le diplomate, la Monusco n'a pas failli dans sa mission de protection des civils. Mais il concède que la situation est critique.

Toute la journée, 17 équipes de réaction rapide de la Monusco ont de manière incessante patrouillé à Goma pour mettre fin aux excès constatés
Hervé Ladsous Diplomate français, secrétaire général adjoint de l'ONU pour les opérations de maintien de la paix 11/10/2013 - par Boniface Vignon écouter

21h30 : A Kampala toujours, une réunion de la Conférence internationale des Grands Lacs a rassemblé les ministres des Affaires étrangères de la région. Ils ont condamné le M23 pour avoir violé la fin des hostilités en prenant Goma. Et ont exhorté toutes les parties à cesser les combats au plus vite.

21h30 : Le président Joseph Kabila est à Kampala, officiellement dans le cadre du sommet du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (Comesa) qui doit se tenir vendredi. Coïncidence : le président rwandais Paul Kagame est lui aussi dans la capitale ougandaise. Le Rwanda et l'Ouganda sont cités dans un rapport des Nations unies publié récemment comme des « soutiens actifs » du M23. Selon nos informations, Paul Kagame et Joseph Kabila devaient même dîner ensemble ce soir, avec le président ougandais Yoweri Musévéni (qui les aurait vus séparément plus tôt dans la soirée). Ces dernières semaines, Yoweri Musévéni a discrètement fait de nombreux voyages à Kinshasa, porteur d'une plateforme de discussions du M23 à l'attention du président Kabila. Selon nos informations, le mémorandum du M23 a toujours été rejeté par le chef de l'Etat congolais.

19h25 : Goma est tombée entre les mains du M23. Et maintenant ? Joint par RFI, un habitant sur place fait part de sa « peur » face à la perspective d'une réaction de l'armée régulière. « Chasser les mutins de la ville, c'est une chose qui ne sera pas du tout facile », présage-il.

Nous avons peur. La population de Goma en général a peur
Que va-t-il se passer désormais ? Témoignage 11/10/2013 - par Charlotte Idrac écouter

Notre objectif
Bertrand Bisimwa Porte-parole politique du M23 11/10/2013 - par Sarah Tisseyre écouter
19h00 : Joint par RFI, le porte-parole de la branche politique du M23 fait le point sur la situation. Bertrand Bisimwa : « Nos forces ont pris entièrement le contrôle de la ville. Nous avons appris que les forces gouvernementales se sont dirigées vers la ville de Bukavu en passant par Saké et Minova, où ils ont pillé les biens de la population, violé des femmes et commis plusieurs exactions dans ces deux localités. Nos forces sont en train de se préparer pour aller sécuriser les populations qui se trouvent dans ces endroits-là. Nous acceptons la présence de la Monusco dans la ville de Goma; en ce qui concerne l'aéroport, nous le contrôlons avec les forces de la Monusco. »

18h30 : Le Conseil de sécurité de l'ONU pourrait adopter mardi une résolution imposant de nouvelles sanctions contre le M23. « Nous avons des informations selon lesquelles le M23 a blessé des civils, poursuivi les enlèvements d'enfants et de femmes, détruit des propriétés et intimidé les journalistes et ceux qui ont tenté de résister à leur avancée », a déclaré le porte-parole adjoint de l'ONU, Eduardo del Buey, en conférence de presse. Des habitants ont raconté des scènes de pillage, notamment de véhicules

18h30 : Selon Médecins sans frontières, 100 000 personnes sont sans abri, sans accès à l'eau, et sans nourriture. Des réfugiés aurait créé un nouveau camp à l'Ouest.

18h00 : Réaction de Jean Méténier, responsable de l'Unicef à Goma. Selon lui, le Fonds des Nations unies pour l'enfance a trois soucis primordiaux à l'heure actuelle sur le terrain. D'abord, il s'agit de localiser et d'assister les populations déplacées, notamment les réfugiés du camp de Kanyarucinya (qui s'est vidé ce dimanche), ainsi que des familles de Goma, dont des centaines d'enfants non-accompagnés déjà regroupés. Ensuite, la situation sanitaire : des premiers cas de choléra sont apparus, ce qui nécessite l'acheminement de chlore pour traiter l'eau, et l'instauration de nouvelles mesures d'hygiène. Enfin, l'Unicef soigne les personnes blessées pendant la prise de la ville par le M23.

J'ai cette chance de parler au nom de toutes ces victimes qui sont à l'hôpital (...) Il y a ceux qui ont des jambes coupées, ceux qui ont reçu des balles dans la tête, des hommes, des femmes, des enfants
Un Congolais évoque le cas de sa fille, grièvement blessée la veille de la prise de Goma 11/10/2013 - par Sarah Tisseyre écouter

17h30 : Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius s'est exprimé devant les journalistes à Paris, suite à l'arrivée du M23 à Goma. Par son intermédiaire, la France demande que le mandat des 17 000 hommes de la Monusco soit modifié.

Déployer 17 000 hommes, ce qui est probablement l'engagement le plus lourd des Nations unies à travers le monde, et fixer un mandat qui, selon l'interprétation qui en a été faite, ne permet pas d'intervenir, on pourrait dire que c'est absurde, pour employer un mot poli. Dans l'immédiat, il faut arrêter ce qu'il se passe, favoriser les contacts entre RDC et Rwanda, et rapidement se poser la question de l'efficacité de la Monusco
Laurent Fabius Chef de la diplomatie française 11/10/2013 - par Olivier Rogez écouter

Analyse : Le film des évènements à Goma suffit à lui seul à démontrer les limites de la Monusco. En fin de semaine dernière, les hélicoptères des Nations unies survolaient les positions des rebelles et lâchaient quelques roquettes pour les dissuader d'approcher de la ville. Mais durant le week-end, les rebelles se sont infiltrés en ville par les collines, et ont dépassé les lignes de la Monusco qui, dès lors, ne pouvait plus empêcher leur progression. Débordée sur le plan militaire, la Monusco est aussi impuissante sur le plan politique. Depuis 2006, elle a vu son mandat évoluer. Aujourd'hui, non seulement elle n'est plus neutre, puisque qu'elle est censée épauler l'armée et le gouvernement, mais de plus, elle a été privée de tout mandat politique sous la pression des autorités congolaises. Dès lors, difficile pour elle de pousser les différentes parties à la table des négociations. Depuis le début de la crise, il y a huit mois, la Monusco n'a pas pu jouer le moindre rôle politique efficace en RDC.

17h10 : L'armée régulière de RDC (FARDC) s'est repliée à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Goma, à Saké. Le porte-parole de l'armée au Nord-Kivu refuse le terme de « débandade ». Selon le lieutenant-colonel Olivier Hamouli, « l'armée a évité le bain de sang au sein de la ville de Goma ». « La mission régalienne d'une armée régulière est d'éviter les dégâts collatéraux à l'encontre des populations civiles, estime-t-il. La journée s'est passée dans un climat de combats intenses entre nous et les rebelles, nous avons été obligés de faire un repli stratégique sur Saké. Il faut reposer nos troupes, les réorganiser et les reconditionner, afin que nous puissons éventuellement reprendre le contrôle de toutes les zones que nous avons perdues. »

16h45 : Première réaction venant de la Monusco. Selon Hiroute Guebré Selassié, qui dirige le bureau de la Monusco au Nord-Kivu, l'aéroport reste « sous le contrôle » des Nations unies, et les casques bleus continuent de patrouiller dans Goma. « Nous maintenons notre présence à l'aéroport, à proximité des camps de déplacés et dans les sites stratégiques de la ville où nous continuons à faire notre travail », affirme Hiroute Guebré Selassié.

Quand (les rebelles du M23) nous ont confrontés pour prendre l'aéroport, on a fait ce qu'il fallait faire, on a échangé des tirs avec eux
Hiroute Guebré Selassié La responsable de la Monusco au Nord-Kivu répond à la question : « pourquoi n'avez-vous pas empêché le M23 d'entrer à Goma ? » 11/10/2013 - par Sarah Tisseyre écouter

15h54 : Dans un communiqué du gouvernement rwandais, la ministre des Affaires étrangères du Rwanda Louise Mushikiwabo estime que « ce qui s'est passé aujourd'hui à Goma montre clairement que l'option militaire pour apporter une solution à cette crise a échoué et que le dialogue politique est la seule façon de résoudre le conflit en cours ». « En se contentant de pointer du doigt de prétendus coupables et en ignorant les causes profondes du conflit en RDC, la communauté internationale a raté l'occasion d'aider la RDC à rétablir la paix et la sécurité pour ses citoyens, continue la ministre (...) Le Rwanda est totalement impliqué dans le processus de paix sous les auspices de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs et nous continuons à travailler avec les Etats membres en vue d'une paix totale et durable dans notre région. »

14h42 : Vianney Kazarama, porte-parole militaire des rebelles du M23, est intervenu sur les ondes de la radio nationale à Goma pour lancer un appel au calme. Il invite les militaires et policiers encore présents dans la ville à se rendre demain au stade pour se faire recenser.

13h31 : Sultani Makenga, le chef militaire du M23, est arrivé à Goma. Il a circulé dans la ville, accompagné d'une escorte. Sultani Makenga est un ancien colonel de l'armée régulière. Il a fait défection en mai pour créer le M23 et a été promu général. Il a été placé la semaine dernière sur la liste noire des personnes sanctionnées pour leur participation au conflit en RDC, dressée par les Etats-Unis.

>> Lire : Les Etats-Unis prennent des mesures à l'encontre du leader rebelle congolais du M23

13h25 : Joseph Kabila est à Kampala, la capitale ougandaise, pour une réunion avec son homologue Yoweri Museveni sur la crise dans l'est de la RDC.

12h53 : Depuis samedi, Goma voit arriver un afflux de réfugiés. Ce sont des familles, des enfants seuls. Situé à l'ouest de l'aéroport, le centre Don Bosco tente de les accueillir tant bien que mal. Les personnes qui y travaillent font état d'un manque de nourriture et de médicaments.

Hier matin, nous avons fait le compte des personnes présentes dans le centre. On est arrivé à 2 500.
Monica Corna Volontaire au centre Don Bosco 11/10/2013 - par Laurent Correau écouter

12h37 : Le porte-parole des rebelles, le colonel Vianney Kazarama, annonce que les troupes du M23 contrôlent Goma. Il ajoute qu'un couloir a été laissé ouvert aux forces congolaises pour leur permettre d'évacuer la ville.

12h29 : Les rebelles du M23 contrôlent désormais les deux postes-frontières de Goma qui marquent la séparation avec la ville rwandaise voisine de Gisenyi.

12h15 : A Kinshasa, d'autres étudiants souhaitant manifester n'en ont pas eu le temps. La police est intervenue pour les disperser dans plusieurs quartiers de la capitale. Des échauffourées ont par exemple opposé les forces de l'ordre à des élèves de l'Institut national du bâtiment et des travaux publics munis de banderoles où l'on pouvait lire : « Non à la guerre ».

12h08 : La situation au Nord-Kivu a des répercussions dans le reste du pays. A Kisangani, la grande ville de la province orientale, des centaines d'étudiants sont descendus dans la rue pour manifester leur soutien aux habitants de Goma. Ils accusent les autorités de Kinshasa de ne pas prendre leurs responsabilités. Ils ont incendié la permanence du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), le parti du président Kabila.

11h19 : Les rebelles continuent leur progression dans les différents quartiers de Goma. Les 6 700 hommes de la Monusco, la force des Nations unies, restent cantonnés dans leurs camps. Par ailleurs, des tirs nourris ont été entendus depuis la partie ouest de la ville et dans le quartier de Katindo. C'est de là que part la route vers Sake, à l'Ouest, un axe qu'empruntent les FARDC pour leur retraite.

11h17 : Le président congolais Joseph Kabila appelle le peuple et les institutions à la mobilisation. « Je demande la participation de toute la population à défendre notre souveraineté », a-t-il déclaré.

10h19 : Une colonne du M23 est entrée dans la ville de Goma, après que les rebelles ont pris le contrôle de l'aéroport. Les combattants progressent maintenant en direction du centre-ville et vers la frontière rwandaise, toute proche. C'est ce qu'a constaté un journaliste de l'AFP. De brefs affrontements avec les soldats des FARDC ont éclaté.

Au niveau du sud et de l'est de Goma, il y a beaucoup d'insurgés. Dans le quartier périphérique de l'aéroport international de Goma, c'était déjà fini, ils ont déjà conquis toute cette partie.
Un habitant de Goma témoigne 11/10/2013 - par Olivier Rogez écouter

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.