M. Ould Abdel Aziz: «Je dirige toujours la Mauritanie» - Afrique - RFI

 

  1. 18:10 TU Sessions d'information
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU Grand reportage
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU Accents d'Europe
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU Couleurs tropicales
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU Couleurs tropicales
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Grand reportage
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Danse des mots
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Autour de la question
  19. 23:30 TU Journal
  20. 23:33 TU Autour de la question
  21. 18:10 TU Sessions d'information
  22. 18:30 TU Sessions d'information
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU Grand reportage
  25. 19:30 TU Journal
  1. 18:10 TU Sessions d'information
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU Grand reportage
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU Accents d'Europe
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU Couleurs tropicales
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU Couleurs tropicales
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Autour de la question
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Autour de la question
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal

Dernières infos

fermer

Afrique

Ansar Dine France Mali Mauritanie MNLA Mohamed Ould Abdel Aziz Santé et Médecine Terrorisme

M. Ould Abdel Aziz: «Je dirige toujours la Mauritanie»

media

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz doit rentrer samedi 24 novembre en Mauritanie, après plus de quarante jours passés en France. Il a été soigné dans un hôpital parisien après avoir reçu une balle par erreur, selon la thèse officielle, de la part d'un officier mauritanien lors d'un contrôle routier le 13 octobre. Dans une interview accordée hier, vendredi 23 novembre, à RFI et au journal Le Monde, le président revient sur sa blessure, son état de santé, ses relations avec l'opposition. Il nous explique aussi toute l'importance de privilégier le dialogue dans le dossier malien avant toute intervention militaire.

Monsieur le président, comment allez-vous ?

Globalement, ça va. Je n’ai plus ma forme d’avant l’incident, mais je commence à récupérer. Ca a été très dur effectivement au départ. Mais dieu merci, je m’en sors très bien.

Beaucoup de Mauritaniens ont été étonnés par la durée de votre convalescence ici en France. Est-ce qu’il y a eu une rechute, des complications ?

Il n‘y a pas eu de rechute. Il n’y a pas eu de complications. C’est la prudence des médecins qui ne voulaient prendre aucun risque, parce qu'ils avaient la responsabilité de me remettre sur pied très rapidement. Quand j’ai été blessé, j’ai commencé à perdre du sang. Heureusement, la plupart des organes n’ont pas été touchés. Seuls des organes dits d'évacuation, tels que l’intestin et le colon, ont été touchés. La balle les a traversés à plusieurs reprises, il a fallu recolmater et suivre l’évolution des points de suture, la cicatrisation, qui est assez complexe. Heureusement, j’étais en forme, ça a beaucoup aidé à cette reprise rapide des choses.

Les plus hautes personnalités de l'Etat ont accueilli le président mauritanien à son retour à Nouakchott 11/10/2013 - par Laura Martel écouter

Comment va se passer votre suivi médical maintenant. Est-ce que vous allez devoir revenir souvent en France ?

Ce sont les médecins qui décident. C’est eux qui vont fixer des rendez-vous auxquels je suis obligé de répondre.

Qui a dirigé le pays pendant votre absence ?

C’est moi qui l’ai dirigé et c’est moi qui le dirige toujours. Je suis en contact permanent avec le Premier ministre, les ministres, la majorité, les partis politiques. J’agissais, et j’agis toujours comme si j’étais sur place.

Vous le savez, la nature a horreur du vide. Est-ce que vous n’avez pas craint à un moment donné, pendant votre absence, que des militaires en profitent pour prendre le pouvoir ?

Je crois que les militaires ont autre chose à faire. J’ai totalement confiance en l’armée mauritanienne. Je n’ai à aucun moment eu de craintes [...]. L'Etat est là, le gouvernement est là, et personnellement, je ne vois aucun signe de faiblesse ni de fin de régime. La situation du pays est l'une des meilleures qui soit.

Est-ce que l’accident dont vous avez été victime a changé quelque chose chez vous et va changer votre façon de gouverner ?

L’accident ne fera qu’augmenter ma détermination à lutter contre les fléaux qui minent mon pays.

Est-ce que vos rapports avec l’opposition peuvent évoluer ?

Cela ne tient qu’à l’opposition. De toute façon, nous leur tendrons la main, mais que l’opposition sache, que, pour arriver au pouvoir, les choses doivent se passer par les urnes et que, sans les urnes, on ne peut pas réclamer quelque chose. Si demain ou après-demain, nous avons des élections législatives et que les choses s’inversent, on est prêts à faire des gestes nécessaires pour le pays.

Un mot du dossier malien. Est-ce que vous êtes prêt, si on vous le demande, à envoyer des troupes en cas d’intervention militaire africaine au nord du Mali ?

Je crois que le problème pour nous n’est pas posé maintenant et la demande n’a pas été faite par qui que ce soit. Le problème actuellement est entre les mains de la Cédéao [Communauté économiques des Etats d’Afrique de l’Ouest, ndlr]. Actuellement, nous suivons un peu les choses et attendons. Nous ne pensons pas réellement, et nous ne conseillons pas, qu’il y ait une guerre ouverte avant d’essayer d’épuiser tous les recours.

A Alger ou Ouagadougou, les autorités prônent le dialogue avec le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), mais surtout avec le groupe Ansar Dine. Est-ce que vous êtes d’accord avec ça ?

Je ne peux pas être totalement d’accord avec des groupes ou des mouvements qui ont, paraît-il, des accointances avec le terrorisme. Je ne pourrai pas être d’accord avec eux. Je ne peux pas croire non plus en la fiabilité de ce qu’ils peuvent dire. En tout cas, je recommande beaucoup de prudence.

C’est une erreur de négocier avec eux ?

Je ne dis pas que c’est une erreur mais en tout cas, il faut être très prudent.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.