Le dernier otage français enlevé au Mali apparaît dans une vidéo


©

Gilberto Rodriguez Léal, l'otage français enlevé la semaine dernière dans l'ouest du Mali, est apparu ce lundi 26 novembre sur un site mauritanien d'information en ligne. Dans une vidéo, il affirme être aux mains du Mujao.  

Assis sur le sol, encadré par deux terroristes armés cadrés jusqu'au cou pour qu'on ne voit pas leur visage, Gilberto Rodriguez Léal lit un court texte d'à peine une minute, devant le drapeau noir marqué d'un sabre des jihadistes. Il donne la date de l'enregistrement : « Ce dimanche 25 novembre » et décline son identité.

Le Français, qui semble dans un état de santé correct, indique ensuite qu'il a été enlevé à Diéma, entre Nioro et Bamako, par le Mujao. Dans la seconde partie du message, l'otage demande aux autorités françaises de répondre rapidement aux revendications du Mujao, sans les préciser ni dire si elles ont déjà été transmises aux autorités françaises, et ajoute : « Je ne suis pas fautif de cet enlèvement, c'est le gouvernement français qui est mis en cause par ses actions extérieures. »

Vingt-quatre heures après l'enlèvement, l'un des leaders du Mujao avait déclaré : « Les moudjahidines ont dans leurs mains un Français. Il vient d'un pays qui veut diriger les armées contre les musulmans. »

Gilberto Rodriguez Léal conclut sa déclaration, toujours les yeux rivés sur son texte, en demandant au gouvernement français de trouver une issue favorable à sa situation et en déclarant à l'intention de ses proches : « Ne vous faites pas de souci, je suis bien traité ».

C'est le 20 novembre dernier vers 22h (heure locale) qu'il avait été enlevé par au moins six hommes armés à Diema, au Mali, non loin de la frontière mauritanienne, qu'il avait franchie une dizaine d'heures plus tôt. Deux jours plus tard, le Mujao revendiquait le rapt. Ce groupe terroriste détiendrait également trois otages algériens enlevés en mai dernier dans le consulat de Gao, au nord du Mali.

Le Premier ministre malien est arrivé ce lundi à Paris. A son agenda, une rencontre demain avec le ministre français des Affaires étrangères pour discuter de la situation dans le nord du Mali toujours contrôlé par des groupes islamistes armés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.