Affaire Firmin Mahé : à la veille du procès, l'avocat des parties civiles craint qu'elles ne puissent y assister


©

En France, l'affaire Firmin Mahé refait surface. A partir de mardi 27 novembre, quatre militaires français comparaîtront devant la cour d'assises de Paris pour le meurtre d’un Ivoirien, mort étouffé dans un blindé français en 2005 en Côte d'Ivoire. Considéré comme un « coupeur de route » par les soldats de la force Licorne, Firmin Mahé avait été blessé lors d'un accrochage avec les militaires français, le 13 mai 2005. Lors de son transfert vers l'hôpital de Man, il était mort étouffé par un sous-officier à l'aide d'un sac plastique. La semaine prochaine, dix parties civiles sont attendues à la cour d'assises. Mais leur avocat craint leur absence pour des raisons financières.

Mes clients sont confronter à l'établissement des documents de voyage (...). Je lance un cri du cœur à Alassane Ouattara pour que les familles puissent venir assister à l'audience...
Maître Fabien Ndoumou
10-10-2013 - Par Charlotte Idrac

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.