Nigeria: le bureau du procureur de la CPI qualifie de crimes contre l'humanité les violences commises par Boko Haram


©

Dans un rapport préliminaire sur la situation dans le pays, que le procureur de la CPI suit de près depuis 8 ans, les violences perpétrées par le groupe islamiste Boko Haram au Nigeria sont qualifiées de crimes contre l'humanité. Ce rapport constitue la phase d'examen préliminaire par la CPI, soit la phase précédant l'ouverture d'une enquête.

Nous avons reçu un certain nombre d’informations des autorités attestant du fait que des enquêtes ou des poursuites sont en cours. Il y a un certain nombre de militants de Boko Haram qui ont été arrêtés. Donc, on va voir jusqu’où cela va mener. C’est le principe de la complémentarité. Les autorités nationales ont la responsabilité première. Et la CPI ne peut ouvrir une enquête que si les autorités nationales pêchent visiblement pour traduire en justice les personnes concernées.
Aymeric Rogiez
11-10-2013 - Par Sarah Tisseyre

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.