Procès Mahé: «le silence était impossible à garder», selon le général Cuche

Le général d'armée Bruno Cuche.
© (Source : Ministère de la Défense)

A Paris, devant la cour d'assises, s'est tenu le deuxième jour du « procès Mahé » ce mercredi 28 novembre. Quatre militaires français de l'opération Licorne en Côte d'Ivoire sont accusés du meurtre de l'Ivoirien Firmin Mahé, mort étouffé dans un véhicule blindé à l'âge de 29 ans. La défense le présente comme un coupeur de route. La cour a entendu le général Cuche, qui a mené l'enquête interne à l'armée.

« La décision de garder le silence sur l'affaire Mahé a été prise très tôt, le soir-même du meurtre. Et je le déplore. » A la barre, le général d'armée Bruno Cuche témoigne d'une voix forte. Ce général cinq étoiles, ancien chef d'état-major de l'armée de Terre, a co-dirigé l'enquête de commandement, la procédure propre aux militaires qui est déclenchée après des faits graves. Rigide, dans son uniforme impeccable bardé de décorations, le général Cuche est pétri de certitudes sur l'attitude à observer quand on est militaire.

Toute la hiérarchie de l'adjudant-chef Raugel, qui a commis les faits, jusqu'au général Poncet, chef de la force Licorne, explique-t-il, a choisi le silence pour protéger ses subordonnés. Mais « ce silence était impossible à garder », conclut le général : « Cette affaire avait créé un gros traumatisme dans l'unité [...], les langues se sont déliées, et l'affaire est parvenue aux oreilles » de l'état-major, puis de la ministre de la Défense de l'époque, Michèle Alliot-Marie.

Dans son rapport d'enquête, le général Cuche note que ces militaires de la force Licorne ont violé deux valeurs essentielles : le respect de l'adversaire, a fortiori s'il est blessé. Mais aussi le devoir de transparence à l'égard des supérieurs. Une transparence plus que nécessaire pour que Paris ait confiance en ses troupes déployées à l'étranger. Puis, avant de partir, le général Cuche plante son regard dans les yeux de l'adjudant Raugel. Un regard lourd de sens comme pour une explication d'homme à homme.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.