Sous le coup d'une enquête, Karim Wade mobilise ses soutiens

Karim Wade, photographié en octobre 2008.
© AFP PHOTO / GEORGES GOBET

En attendant d’être auditionné pour la cinquième fois jeudi 6 décembre par les enquêteurs de la gendarmerie sur un possible enrichissement illicite, Karim Wade a reçu mercredi 28 novembre une cinquantaine de chefs de quartiers de la banlieue, d’imams et de conseillers municipaux. Tous sont venus lui apporter leur soutien.

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

Alors que les enquêteurs cherchent à démêler les éventuels montages financiers par le truchement desquels Karim Wade aurait pu masquer l’étendue de sa fortune supposée mal acquise, le fils de l’ancien président mobilise ses soutiens.

Assis dans un large fauteuil dans la résidence de son père, il écoute les uns après les autres une cinquantaine de délégués venus le réconforter. Ce sont des chefs de quartiers de la banlieue, des imams, des représentants de groupements de femmes et de jeunes. Il y a même des conseillers municipaux qui appartiennent pourtant à la coalition qui soutient aujourd’hui le président Macky Sall. C’est le cas de Moustapha Ndong, conseiller municipal d’une commune de Pikine. «Lors des élections présidentielles, j'ai voté pour Macky Sall mais actuellement, je soutiens Karim Wade parce que je sens qu'il y a de l'injustice au Sénégal ». Et d'ajouter : « On est en train de l'accuser parce qu'il est le fils d'Abdoulaye Wade. C'est pour cela qu'on vient le soutenir. C'est un choix personnel et non pas celui de ma coalition ».

Il y a quelques jours, Karim Wade a reçu la visite remarquée de Serigne Modou Kara Mbacké, un guide religieux mouride. Et pour la première fois depuis le début des auditions, Karim Wade accepte de dire quelques mots à la presse : «Je voudrais surtout remercier nos chefs religieux et toutes les personnes qui ne cessent de prier, de nous envoyer des messages. Ce sont des milliers de Sénégalais qui nous soutiennent dans cette épreuve ». Les questions fusent : est-il aussi serein que ses proches le disent ? Mais Karim Wade ne répond pas et tourne les talons.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.