Procès Mahé: le colonel Burgaud assume et pointe le général Poncet

Le colonel Eric Burgaud à son arrivée à la cour d'assises de Paris, le 27 novembre 2012.
© AFP /KENZO TRIBOUILLARD

A Paris, troisième jour du procès de « l'affaire Firmin Mahé » où quatre militaires de l'opération Licorne en Côte d'Ivoire sont accusés du meurtre d'un un Ivoirien présenté comme un coupeur de routes. C'était en 2005. Ce jeudi 29 novembre, un adjudant-chef a raconté à la cour d'assises comment il avait exécuté ce qu'il appelle « un ordre illégal », tandis que cet après-midi le colonel Eric Burgaud a reconnu avoir donné cet ordre.

Avec notre envoyé spécial à la cour d'assises de Paris, Franck Alexandre

Moment de vérité aux assises de Paris. A la barre, le colonel Eric Burgaud, allure martiale, taille de géant. Cet officier promis aux plus hautes destinées a tout perdu dans cette affaire, il a été limogé. Reste l'honneur. Son subordonné, l'adjudant Raugel, a reconnu avoir tué Firmin Mahé sur ordre. Alors la cour retient son souffle et le colonel se confesse : « Pendant l'enquête, je n'ai pas tout dit, car j'avais peur d'aller en prison et de perdre ma famille ».

Puis, devant ses hommes, le colonel avoue : « J'assume avoir donné un ordre illégal et d'avoir été lâche, indigne ». Le colonel reconnaît avoir ordonné à l'adjudant Raugel de ne pas ramener Firmin Mahé, le « coupeur de route », vivant, mais, précise-t-il, « je n'ai pas su lui donner une modalité pratique, je l'ai laissé se débrouiller ».

Mais cet ordre, il l'assume. Cette journée du 13 mai 2005, c'était un combat de valeurs, argumente-t-il en rappelant que « ce que faisait Firmin Mahé était inacceptable. Le supprimer était la moins pire des solutions ». Enfin, le colonel Burgaud livre alors son dernier combat, pour l'honneur : « Cet ordre venait du général Poncet, chef de la force Licorne, mais il ne l'admet pas. L'indignité est désormais dans son camp ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.