Affaire du visa du Dalaï Lama: les tergiversations de la diplomatie sud-africaine condamnées par la justice


©

L’Etat sud-africain a agi illégalement en refusant de donner à temps un visa au Dalaï Lama pour qu’il puisse venir dans le pays pour fêter les 80 ans de Desmond Tutu, le prix Nobel de la paix qui l’avait invité. C’est ce que dit l’arrêt rendu jeudi 29 novembre par la Cour suprême d’appel sud-africaine. Une décision saluée par l’opposition.

À l’époque, Desmond Tutu ne décolérait pas. Son ami le Dalaï Lama devait venir en octobre 2011 pour fêter les 80 ans de l’ancien archevêque du Cap. Faute de visa, il avait dû annuler sa visite. Pour la justice sud-africaine, la ministre de l'Intérieur de l'époque, Nkosazana Dlamini-Zuma, a retardé au-delà du raisonnable sa décision concernant la délivrance ou non du visa et en conséquence, a agi de manière illégale.

La justice donne donc raison à Desmond Tutu. Pour le prix Nobel de la Paix, en refusant d’octroyer ce visa, l’action du gouvernement était pire que le régime d’apartheid.

L’opposition se réjouit de la décision de la Cour. Pour elle, les juges ont rappelé le principe de liberté d’association garanti par la Constitution, alors que le gouvernement ne voulait pas d’une visite du leader tibétain pour ne pas froisser le puissant partenaire chinois.

Desmond Tutu a réagi lui-même à la décision de la Cour suprême d’appel, disant qu’il pourrait bien inviter le Dalaï Lama de nouveau, pour son 90e anniversaire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.