Burkina Faso : législatives et municipales ce dimanche, un scrutin test avant la présidentielle de 2015

Un bureau de vote à Ouagadougou.
© AFP/AHMED OUOBA

Quelque 4,4 millions de Burkinabè sont appelés aux urnes ce dimanche 2 décembre pour des élections « couplées » municipales-législatives.  Un scrutin qui aura valeur de test puisque c'est le premier depuis les mutineries et les violentes manifestations populaires de début 2011. Il devrait révéler la nouvelle configuration de l’échiquier politique burkinabè, alors que l’échéance présidentielle de 2015 pointe à l’horizon. Les bureaux de vote ont ouvert à 6h00 (TU) et ferment à 18h00 (TU).127 sièges sont à pourvoir au sein de l’Assemblée, les postes de quelque 18 600 conseillers municipaux sont également remis en jeu.

Les émeutes qui ont commencé début 2011 après la mort d’un élève et par la suite les manifestations de militaires mécontents ont véritablement secoué le régime burkinabè. Le gouvernement a été remanié. Le CDP, Congrès pour la démocratie et le progrès, le parti au pouvoir, a tenté un rajeunissement. Le scrutin de ce dimanche constitue un test de la popularité du pouvoir actuel.

Il permettra également à l’opposition de se compter, et de voir si certaines forces politiques peuvent prétendre faire face au CDP lors de la présidentielle de 2015.
Car l’élection du prochain chef de l’Etat est d’ores et déjà dans toutes les têtes.

Selon la Constitution, Blaise Compaoré, ne pourra plus se représenter, atteint par la limitation du nombre de mandats, comme le prévoit l'article 37. Une réforme constitutionnelle reste-t-elle envisageable ? Dans l’entourage du président, certains proches n’excluent pas une modification de cet article. Quel rôle le frère du président, François aura-t-il à jouer ? Quelle que soit l’option choisie, le contrôle de l’Assemblée constitue, pour le parti au pouvoir, un enjeu important. Pour l'opposition aussi.

L'opposition entend saisir sa chance

Alors que le parti au pouvoir souhaite conforter sa majorité dans la future Assemblée, cette élection pour les partis de l’opposition, est l’heure de vérité. L’occasion pour chacun de prouver sa représentativité dans le pays. Selon le politologue burkinabè Siaka Coulibaly, le scrutin sera « ouvert », à chacun de saisir sa chance.

L’un des enjeux majeurs de ces législatives et municipales reste enfin le taux de participation. Le mouvement de désaffection constaté depuis la présidentielle de 2010 va-t-il se poursuivre, alors que le pays vient de traverser en 2011 une période de turbulence ?

Vu les enjeux, la Commission électorale a mis les bouchées doubles afin d’offrir des garanties de transparence : fichier électoral établi grâce au système de la biométrie pour éviter les multiples inscriptions, centralisation des résultats par des terminaux satellite et un système de visioconférence. Ces élections vont couter au pays la somme de 28 milliard de FCFA.

La loi sur le quota de femmes

Le scrutin de ce dimanche est aussi un test pour la première application de la loi imposant un quota de femmes sur les listes des partis. Cette loi a été votée en 2009. Elle prévoit que les partis fassent figurer au moins 30% de femmes sur leurs listes. Pour Martine Yabré, du comité de suivi de la loi, l'application est déjà assez décevante.

Au niveau des listes municipales, il y a eu une amélioration dans le positionnement des femmes. Ce n'est pas le cas au niveau des législatives dont les listes ne comptent pas toujours les 30% comme le prévoit la loi(...) Il faut donc revoir le contenu de la loi pour appliquer le rejet systématique des listes qui ne respectent pas le quota.

Martine Yabré
02-12-2012 - Par Laurent Correau

Le changement

Un mot est beaucoup revenu dans la campagne électorale, ces quinze derniers jours, celui de « changement ». Quel que soit le résultat des éléctions (que la domination du CDP sur l’Assemblée soit reconduite, ou que l’opposition obtienne dans cette Assemblée une position forte ), les électeurs de la capitale Ouagadougou semblent souhaiter que le pouvoir applique une politique différente et permette un changement de leur quotidien. Comme en témoignent ces Ouagalais au micro de notre envoyé spécial sur place.

On veut le changement... On veut vivre décemment!

Les aspirations des Ouagalais
02-12-2012 - Par Laurent Correau

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.