La crue menace sur les bords du fleuve Niger


©

De nouvelles inondations menacent les rives du fleuve Niger. Près de 400 hectares de terre sont menacées dans la région de Niamey. Les autorités régionales se préparent à affronter cette crue venue de la Guinée.

L’alerte a été donnée par l’Autorité du bassin du Niger (ABN). Les risques de nouvelles inondations sont réels, le seuil d’alerte est presque atteint. Koné Soungalo, un expert à l’ABN prévient : « Ce jour, nous sommes à la cote 514 et les prévisions de l’ABN estiment que la cote d’alerte de 530 sera atteinte aux environs de la mi-décembre. Et la pointe est estimée pendant la période de janvier avec une cote de 580 qui pourrait durer jusqu’en février. Alors, des dispositions doivent être prises pour sensibiliser les personnes vivant dans les zones à risques ».

Malgré l’alerte, de nombreux riverains ne croient pas encore à la crue, on reconstruit les maisons tombées en août dernier et on intensifie les cultures dans le lit du fleuve Niger. Pour ce jardinier, « qui ne risque rien n’a rien. Nous, nous sommes des jardiniers au bord du fleuve, on nous dit, chaque fois, qu’il y a une nouvelle inondation ; parfois ce n’est pas la vérité. Et après l’inondation c’est nous qui perdons. »

Le quatrième et le cinquième arrondissement de Niamey sont les plus menacés. Les autorités se préparent à réinstaller les populations victimes sur de nouveaux sites.