Le Sénégal s'amuse des luttes intestines à l'UMP

Jean François Copé (à gauche) et l'ancien Premier ministre, François Fillon.
© Reuters

Le bras de fer auquel on assiste depuis plusieurs jours entre les deux leaders du principal parti d'opposition en France, Jean-François Copé et François Fillon, n'est pas sans provoquer de nombreuses réactions en Afrique, au Sénégal notamment, où l'on porte un regard distancié sur ces querelles de pouvoir.

A première vue, à Dakar, la guerre des chefs à l’UMP ne passionne pas la presse qui se concentre plutôt sur l’affaire Karim Wade. Mais quand on interroge les hommes politiques, chacun a son mot à dire, comme le député Abdou Mbow, responsable national des jeunes de l’APR, le parti du président Macky Sall :

« Nous, à l’Alliance pour la République, on est plutôt proches de la droite française. Donc on trouve désolant qu’un parti, un grand parti comme l’UMP, avec de grandes personnalités comme Fillon et Copé, se déchirent comme cela. Ils devraient travailler à mettre leur ego un peu derrière, voir l’intérêt du parti, avoir de la hauteur et essayer de régler ce problème au sein de leur famille politique. »

Même s’il soutient aujourd’hui le libéral Macky Sall, l’ancien ministre d’Etat Landing Savané se définit volontiers comme un soixante-huitard, toujours proche de la gauche :

« La droite est porteuse traditionnellement à nos yeux, des pires politiques en direction de l’Afrique. Donc quand la droite souffre un peu, ça nous amuse et nous disons que c’est bien ! C’est bien qu’ils se battent, c’est naturel qu’ils se déchirent. Ils se sont moqués du pacte socialiste, de ses courants, des ses combats pour le pouvoir, etc. Aujourd’hui, c’est eux qui se donnent en spectacle ! Au-delà du petit sourire que nous pouvons avoir, la question qui se pose maintenant, c’est : "est-ce qu’on aura une seule UMP ou deux ?" S'il y a une scission de l’UMP, cela ne fera que renforcer les positions de la gauche et en tant qu’hommes de gauche, nous le souhaitons, et tant pis pour François Fillon et Jean-François Copé. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.