Blaise Compaoré reçoit tous les acteurs de la crise malienne - Afrique - RFI

 

  1. 00:10 TU Atelier des médias
  2. 00:30 TU Journal
  3. 00:33 TU Atelier des médias
  4. 01:00 TU Journal
  5. 01:10 TU Tous les cinémas du monde
  6. 01:30 TU Journal
  7. 01:33 TU Tous les cinémas du monde
  8. 02:00 TU Journal
  9. 02:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  10. 02:30 TU Journal
  11. 02:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  12. 03:00 TU Journal
  13. 03:10 TU Sessions d'information
  14. 03:30 TU Sessions d'information
  15. 04:00 TU Journal
  16. 04:15 TU Sessions d'information
  17. 04:30 TU Journal
  18. 04:33 TU Sessions d'information
  19. 04:40 TU LA DANSE DES MOTS 2
  20. 05:00 TU Journal
  21. 05:15 TU Sessions d'information
  22. 05:30 TU Journal
  23. 05:34 TU Sessions d'information
  24. 05:40 TU Grand reportage
  25. 06:00 TU Journal
  1. 00:10 TU Tous les cinémas du monde
  2. 00:30 TU Journal
  3. 00:33 TU Tous les cinémas du monde
  4. 01:00 TU Journal
  5. 01:10 TU Mémoire d'un continent
  6. 01:30 TU Journal
  7. 01:33 TU L'épopée des musiques noires
  8. 02:00 TU Journal
  9. 02:10 TU Si loin si proche
  10. 02:30 TU Journal
  11. 02:33 TU Si loin si proche
  12. 03:00 TU Journal
  13. 03:10 TU Sessions d'information
  14. 03:30 TU Sessions d'information
  15. 04:00 TU Journal
  16. 04:15 TU Sessions d'information
  17. 04:30 TU Sessions d'information
  18. 05:00 TU Journal
  19. 05:15 TU Sessions d'information
  20. 05:30 TU Sessions d'information
  21. 06:00 TU Journal
  22. 06:15 TU Sessions d'information
  23. 06:30 TU Journal
  24. 06:43 TU Sessions d'information
  25. 07:00 TU Journal
fermer

Afrique

Blaise Compaoré Burkina Faso Mali

Blaise Compaoré reçoit tous les acteurs de la crise malienne

media

Les acteurs de la crise malienne se trouvent à Ouagadougou, au Burkina Faso. Le président burkinabè, Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, doit recevoir ce mardi 4 décembre pour la première fois, ensemble, des émissaires du pouvoir malien et des groupes armés Ansar Dine et MNLA. Des discussions préliminaires se sont tenues hier entre une délégation du gouvernement malien et le président Compaoré.

Le président Compaoré, médiateur dans la crise malienne, recevra ce mardi après-midi pour la première fois ensemble des émissaires du pouvoir malien et des groupes armés Ansar Dine et MNLA, Mouvement national de libération de l'Azawad. Quel est l'état d'esprit de ces deux groupes à la veille de cette rencontre?

Au MNLA, on joue la carte de l’ouverture communautaire : c'est un Songhaï, le vice-président du mouvement, Mahamadou Djiré Maïga qui conduira la délégation chargée de rencontrer les représentants maliens. Selon un membre du MNLA, cette première prise de contact est un signal favorable donné par Bamako.

En revanche, le MNLA se dit hostile à toute discussion en présence d'Ansar Dine. Pas question de parler avec des terroristes, disent-ils, les islamistes ont leurs revendications, « nous, on a les nôtres » conclut ce membre du MNLA. Chez Ansar Dine, on refuse de commenter cette polémique. Mais on reste ferme sur les revendications : l'application de la charia dans certaines zones du Nord.

Les islamistes posent leurs conditions pour discuter avec Bamako : le Mali doit cesser ses hostilités contre les populations civiles du Nord, assure Alghabass ag Intalah selon lequel l'armée malienne s'est attaquée, ces derniers jours à des camps nomades dans la région de Nampala.

Et si la rencontre de Ouagadougou échouait ? Ansar Dine n'est pas inquiet. Au même moment, ont lieu d'autres discussions avec un autre interlocuteur : l'Algérie qui rêve de reprendre son rôle favori de médiateur des crises maliennes.

Moktar Belmoktar claque la porte

Dans un communiqué diffusé auprès de sites islamistes, Moktar Belmoktar, une grande figure algérienne d'al-Qaïda au Maghreb islamique a annoncé qu'il quittait les rangs de l'organisation terroriste, qui occupe le nord du Mali où se trouvent également le MNLA et Ansar Dine. ll y a quelques semaines, il était entré en disgrâce et destitué de la katiba, unité combattante qu'il dirigeait.

Il a très peu apprécié la décision de sa hiérarchie. Il s'est même senti, selon des sources sécuritaires, «humilié ». Surtout qu'entre-temps, pour remplacer un chef d'Aqmi dans le nord du Mali tué lors d'un accident de la circulation, c'est un ennemi de Belmoktar qui a été choisi.

Depuis lors, avec son fils prénommé Oussama, il vit dans la région de Gao, pour se rapprocher, semble t-il, du Mujao, Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest. Aujourd'hui, en annonçant la rupture définitive avec Aqmi, il devient pour le moment un électron libre.

Surnommé dans les années 1980, Mister Malboro, pour avoir un moment trempé dans un trafic de cigarettes dans le Sahara, Moktar Belmoktar est avant tout un jihadiste. Il a combattu en Afghanistan contre les troupes soviétiques.

De retour dans son pays, l'Algérie, on le retrouve au début des années 1990, au sein du GIA, Groupe islamique armé. Très rapidement, il se dirige vers le sud de l'Algérie, membre actif, du GSPC, Groupe salafiste pour la prédication et le combat, qui deviendra Aqmi, Belmoktar a aidé les jihadistes à s'installer dans le nord du Mali. Une de ses épouses est originaire de la région de Tombouctou.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.